Skip to Content

Bilan de la première conférence nationale du changement au menu

Réseau De la Ferme à la Cafétéria

Dans cet article, nous brossons le portrait du réseau pancanadien De la ferme à l’école. Nous présentons également un compte rendu de la première conférence nationale sur l’alimentaire scolaire Du Changement au Menu, qui s’est tenue à Montréal du 12 au 14 novembre 2015. Cet événement était organisé notamment par le réseau en partenariat avec la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC et Équiterre.

Naissance du réseau pancanadien De la ferme à la cafétéria
Au Canada, les collaborations entre fermes locales et cafétérias d’institutions publiques connaissent un essor notable depuis les années 2000. En 2011, la création du réseau pancanadien De la ferme à la cafétéria permet de rassembler différentes initiatives dispersées dans tout le pays. À la différence de son homologue américain Farm to School qui rassemble uniquement des cantines scolaires et préscolaires, le réseau canadien offre des programmes qui s’adressent aux écoles et aux universités aussi bien qu’aux centres de santé. Quel que soit l’établissement ciblé, tous ces programmes ont un objectif commun : sensibiliser la population et lui donner accès à une alimentation saine, locale et durable dans les cafétérias.

La création de ce réseau a permis d’accroître la visibilité des programmes, de créer des liens entre des projets similaires, de faciliter les échanges de bonnes pratiques, d’encourager le développement de nouveaux projets et de trouver de nouveaux partenaires.

Le programme De la ferme à l’école
Appelé De la ferme à l’école, le programme du réseau De la ferme à la cafétéria s’adressant aux écoles est particulièrement développé à l’échelle nationale. En décembre 2015, ce programme rassemblait 693 écoles et permettait ainsi de joindre près de 700 000 élèves et étudiants. À ce programme s’ajoutent des initiatives de plus grande ampleur, comme le Club des petits déjeuners du Canada qui donne accès à une alimentation saine dans plus de 1 300 écoles canadiennes, et le programme régional Fruits et légumes de Colombie-Britannique, qui offre des fruits et des légumes frais cultivés localement en collation aux élèves de plus de 1 500 écoles pendant la saison des récoltes.

Il est estimé qu’en moyenne, 35 % des ingrédients entrant dans la préparation des repas servis par les cantines associées à ce programme sont d’origine locale. Ces programmes ont généré un chiffre d’affaires annuel de 14 216 570 $ pour l’ensemble des localités touchées.

S’ils ont tous pour objectif d’assurer une alimentation saine et locale dans les écoles, les projets scolaires demeurent néanmoins très variés. À Toronto, par exemple, le projet School Grown lancé en 2010 transforme des cours d’école en potagers où les élèves apprennent à cultiver des fruits et des légumes en plus de participer à leur vente. En Alberta, les élèves de l’école autochtone Ermineskin apprennent à cuisiner des plats de base et des plats traditionnels cris à partir d’aliments locaux, ce qui permet d’offrir des repas et des collations abordables à plus de 1 000 élèves. À Montréal, la part d’aliments locaux servis dans les écoles de la ville a atteint 67 % grâce aux efforts de la commission scolaire de Montréal. Au Nouveau-Brunswick, les comptoirs à salades se multiplient et permettent aux élèves de prendre part aux différentes étapes allant de la culture des légumes à la préparation des plats. Dans le nord de la Colombie-Britannique, enfin, les écoles de l’archipel Haida Gwaii reconnectent leurs élèves avec la culture alimentaire locale haïda, alors que des cours de chasse, de cueillette, de culture de fruits et légumes font désormais partie du programme scolaire.

La première conférence nationale
Après quatre ans d’existence, le réseau De la ferme à l’école désirait organiser une grande rencontre pour stimuler les échanges, le transfert de connaissances et les collaborations entre les différents projets. Elle s’est associé avec des partenaires qui visaient des objectifs semblables et en novembre 2015, ceux-ci ont organisé une conférence nationale intitulée Du changement au menu. Réunissant plus de 450 participants issus de différentes cultures et secteurs d’activité, celle-ci a été un véritable succès. Les ministres de l’Éducation du Québec et du Nouveau-Brunswick, ainsi que des représentants du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec étaient également présents. Pendant les trois jours qu’a duré l’événement, quatre sorties sur le terrain ont été organisées et 150 conférenciers ont pu prendre la parole. Quatre thématiques principales ont été abordées : l’accès aux aliments sains dans les écoles; l’éducation et la sensibilisation à la saine alimentation; le développement de systèmes alimentaires durables; et l’importance de renforcer les liens entre écoles et communautés.

Grâce au grand nombre de participants et à leurs échanges fructueux, cette première conférence a eu des retombées très positives. D’abord, le réseau est plus interconnecté que jamais, et il jouit d’une visibilité accrue auprès de ses partenaires. En outre, sa plateforme web est désormais pourvue d’une carte interactive présentant tous les projets canadiens, donne accès aux présentations des conférenciers et offre des webinaires. À l’issue de cette conférence, les participants sont retournés chez eux, la tête pleine d’idées et de nouveaux projets. Donnons maintenant à ces graines le temps de germer.

Vidéo de la conférence Du changement au menu

Sources :

Sarah Carten, 2015, National Farm to School Storybook, Farm to Cafeteria Canada, 40 pages.

Site web du réseau De la ferme à la cafétéria 
Site web du programme alimentaire régional Fruits et légumes de Colombie-Britannique
Site web du Club des petits déjeuners du Canada
Entretien avec Murielle Vrins, chargée de projet, Alimentation institutionnelle chez Équiterre.