Skip to Content

Le développement des circuits de proximité à l’échelle des territoires

MEM Crédit: CIRANO

Dans le dernier bulletin, nous vous avons présenté les résultats globaux d’une recherche effectuée par le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) portant sur les bénéfices des circuits alimentaires de proximité (CAP) pour le développement des territoires. Cette fois, nous vous présentons le portrait des régions à l’étude, soit les municipalités régionales de comté (MRC) de Lac-St-Jean-Est, Lotbinière et Brome-Missisquoi.

La MRC de Lac-St-Jean-Est
Dans la MRC de Lac-St-Jean-Est, les kiosques à la ferme restent la principale forme de vente au public, ce qui explique la mise sur pied du Réseau des kiosques à la ferme par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) et le Syndicat des producteurs horticoles du Saguenay–Lac-St-Jean. Cette initiative permet notamment de structurer l’offre aux consommateurs en améliorant la diversité des produits proposés; de soutenir les producteurs grâce à une promotion coordonnée; et de leur proposer une aide financière afin qu’ils améliorent les infrastructures de leur kiosque.

Un autre organisme régional, Agrotourisme Saguenay–Lac-Saint-Jean, encourage les entreprises qui offrent des activités éducatives et récréotouristiques telles que l’autocueillette, un endroit où pique-niquer ou une visite guidée. En période estivale, la Véloroute des bleuets et le circuit Arômes et Saveurs (dont le feuillet promotionnel prend la forme d’une carte touristique) incitent les gens à visiter les fermes offrant des spécialités régionales. Les principaux défis avec lesquels la région doit composer sont la clientèle limitée et l’éloignement par rapport aux grands centres.

La MRC de Lotbinière
Avec 98 % de sa superficie destinée à l’agriculture, la proximité de villes importantes comme Lévis et Québec et la présence d’importants axes routiers (autoroute 20 et route 132), la MRC de Lotbinière possède d’importants atouts qui la démarquent de nombre de ses homologues. Les touristes y affluent ainsi presque toute l’année, attirés par son caractère champêtre, ses entreprises agroalimentaires diversifiées et son accessibilité. Différentes initiatives comme Goûtez Lotbinière, une table de concertation réunissant producteurs, transformateurs, commerçants, restaurateurs et intervenants locaux, ou les 12 ARRÊTS gourmands organisés par la Table agroalimentaire de Chaudière-Appalaches (TACA) dénote de l’intérêt que la région porte au développement de ses CAP. Des activités telles que le Brunch Couleurs et Saveurs de Lotbinière, les Balades d’automne ou le Souper des gens d’affaires de Lotbinière dynamisent la région au gré des saisons et donnent l’occasion aux acteurs du milieu de se démarquer et de s’impliquer.

La MRC de Brome-Missisquoi
La MRC de Brome-Missisquoi est un pôle touristique important en raison de ses paysages, de ses activités de plein air et de ses vignobles. Elle attire d’ailleurs un nombre important d’acheteurs nantis, qu’il s’agisse de propriétaires de résidence secondaire ou de retraités. Si cette situation confère une certaine vitalité économique à la région, elle fait hausser les taxes foncières, ce qui représente un obstacle pour la relève agricole qui cherche à accéder à la terre. Pour pallier cette difficulté, une banque de terres agricoles, permet de freiner la conversion de terres agricoles en terrains résidentiels. Berceau de La Route des vins du Québec, Brome-Missisquoi profite elle aussi de la proximité de centres urbains. Cette MRC compte plus d’une centaine de kiosques à la ferme; une douzaine de fermes offrant des paniers d’ASC (agriculture soutenue par la communauté); quatre marchés publics; un marché de solidarité régional ayant pignon sur rue et possédant sa plate-forme virtuelle; de même que des foires alimentaires comme la Foire bio paysanne équitable, la Clé des champs et le festival Canard en fête. Deux labels permettent d’identifier clairement les produits de la région : La Montérégie, le Garde-Manger du Québec ainsi que Créateurs de saveurs.

En faisant affaire dans leur région, les entrepreneurs en CAP sont souvent plus conscients des enjeux, des préoccupations et de la valeur de leur communauté. Par conséquent, plusieurs projets communautaires dynamisent les circuits courts et permettent de rendre les produits plus accessibles aux foyers à faible revenu :

  • le marché public de Cowansville, Cœur de carotte, tente d’augmenter l’accessibilité des résidents de secteurs défavorisés aux produits frais par l’entremise d’activités telles que de l’autocueillette et des cuisines collectives;
  • la mise en place d’un resto-pop qui transforme les légumes déclassés ou les surplus pour les hôpitaux, les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de même que les écoles de la MRC de Brome-Missisquoi;
  • le marché de solidarité régional de Cowansville facilite l’approvisionnement des centres de la petite enfance (CPE) en aliments locaux;
  • des banques alimentaires et des cuisines collectives de partout au Québec collaborent avec des producteurs de la MRC tout en réduisant le gaspillage au champ.

En conclusion, les CAP comportent leur lot d’avantages pour les territoires. En effet, les entreprises prenant part à ce mode de distribution créent des emplois, préservent l’environnement grâce à des pratiques durables, réalisent des activités de sensibilisation, participent à des tables de concertation et s’impliquent localement. Par ailleurs, et comme nous avons pu le constater précédemment, ils favorisent l’implication citoyenne, la solidarité et la résilience des communautés. Il semble enfin que chaque territoire se démarque par son offre particulière de produits et services, d’événements hauts en couleur et d’activités.

Source :
Patrick Mundler et Sophie Laughrea. 2015. Circuits alimentaires de proximité : Quels bénéfices pour le développement des territoires? Étude de cas dans trois territoires québécois. CIRANO.