Skip to Content

1 G$ de plus pour les transports en commun

L'Alliance pour le financement des transport collectifs au Québec (TRANSIT), regroupant près d'une cinquantaine d'organisations dont Équiterre invite les citoyens à signer une demandant une augmentation de 1 milliard $ par année pour le financement des transports collectifs et actifs pour les dix prochaines années.

Cette requête s'inscrit dans un contexte où le gouvernement provincial vient de terminer des consultations publiques en vue du dévoilement de sa nouvelle politique de mobilité durable prévue pour cet automne. Cette politique sera cruciale pour l'essor des transports collectifs au Québec et l'importance que notre société leur accordera.  

TRANSIT considère que les transports en commun sont la priorité en matière de transport urbain et que pour favoriser leur développement et l'amélioration de ces services au Québec, il est essentiel d'augmenter substantiellement la part de financement qu'ils reçoivent.

Parce que les transports en commun sont LA solution, signez la pétition et faites-la circuler dans vos réseaux d'ici le 17 septembre prochain.

Pour plus d'information : TRANSIT

le transport en commun, priorité en matière de transport urbain?

Je ne sais comment vous avez fait pour arriver à la conclusion que c'est le transport en commun qu'il faut prioriser. D'un point de vue économique, écologique, de la santé, de la sécurité et du bien-être de la population, c'est le vélo qu'il faudrait prioriser. Le transport en commun c'est pour quand le vélo se prête mal au déplacement qu'on veut faire. La priorisation en fonction de l'efficacité économique et de l'impact écologique a été bien conceptualisée et enseignée dans le domaine des matières résiduelles (d'abord réduire, ensuite réutiliser, etc). Je ne sais pas pourquoi on arrive toujours pas à regarder la réalité en face et faire la même chose avec les transports.

Vous avez bien raison de dire

Vous avez bien raison de dire que le vélo doit prendre une place importante et plus particulièrement pour faire face aux problémes de pollution et de santé publique. Toutefois, les transports en commun ont un rôle crucial à remplir en matière de mobilité et de développement urbain, notamment d'un point de vue d'accessibilité universelle (avec en plus une population viellissante) et en tenant compte des distances à parcourir pour un bon nombre de travailleurs qui malheureusement ne cessent de croître (surtout pour les déplacements interurbains au sein d'une même agglomération).

Ceci étant dit, Équiterre et la plupart des groupes environnementaux continueront comme ils l'ont toujours fait à militer afin que nos villes soient plus accueuillantes pour les déplacements en transports actifs et que ces dernières assurent le financement nécessaire pour y parvenir.  En d'autres mots, une bataille ne va pas sans l'autre.

Merci pour votre commentaire et bon été à vélo !!!!