Skip to Content

Gaz de schiste - Équiterre réagit à l'annonce de la tenue d'audiences publiques

Actu - Forage gaz de schiste

Équiterre a réagi hier par voix de communiqué à l'annonce de la ministre Normandeau quant à la tenue d'audiences publiques sur les gaz de schiste. Malgré cette annonce, Équiterre maintient qu'un moratoire est nécessaire.

« Il n’est pas normal que les citoyens et les élus municipaux apprennent par les médias l’arrivée chez eux de caravanes de prospecteurs. Le Québec n’est pas le far west! », explique Steven Guilbeault. En outre, Équiterre, qui suivra de près ce dossier, questionne le mandat qui sera confié au BAPE car avant de se demander comment encadrer le développement de cette filière, il faut d'abord se demander si nous en voulons.

Les intérêts des citoyens

L'utilisation des gaz de schiste est potentiellement tout aussi polluante que de consommer du charbon. L'exploitation de ceux-ci peut s'avérer désastreuse pour notre bilan énergétique et écologique. Ce n'est pas une poignée d'investisseurs étrangers, qui ne paieront à peu près pas d'impôts ni de taxes et enverrons les fonds dans des paradis fiscaux, qui auront les intérêts de la population à coeur. Seul l'État est en mesure de nous représenter collectivement. Il faudrait que cette ressource nous appartienne à tous. Mais devons-nous vraiment y aller de l'avant dans les plus brefs délais? Le marché actuel est saturé. Il prolifère des centaines de milliers de puits aux États-Unis, dont plusieurs états ont imposé un moratoire pour évaluer les enjeux. Depuis la montée en flèche de cette industrie, la valeur de l'électricité vendue par Hydro-Québec à l'étranger a diminué de moitié. C'est de dire que les profits escomptés sont liés à d'autres sources de revenus existantes, moins polluantes. Dans l'état de New York, 5500 puits représentent un peu plus de 200 emplois. Il faut donc prendre avec beaucoup de sel les annonces de création d'emploi et de retombées économiques. Si cette industrie était à voir le jour au Québec, les bénéfices nets de celle-ci devraient servir de tremplin pour des solutions écologiques. Nous pourrions l'utiliser pour financer les éoliennes, le transport en commun, des vélos, des trains interurbains, etc.    

Commentaire sur l'article du 30-08-2010 Gaz de schiste

Bonjour et merci d'emblée pour le travail que vous faites. Votre article réflète mes propos notamment lorsque vous faites mention à cette partie de l'article ... «avant de se demander comment encadrer le développement de cette filière, il faut d'abord se demander si nous en voulons véritablement». Car le vrai débat est là ! Pourquoi vouloir encadrer une pratique qui est déjà en cours alors que d'autres alternatives aussi prometteuses sont et/ou pourraient être celles voulues par la très grande majorité de la population ? Pourquoi nos médias télévisuels n'en parlent pas davantage. C'est vrai... il y a la commission Bastarache  ! C'est bien beau tenter de nous rassurer en parlant du BAPE et de nationalisation mais en attendant le mal est possiblement en train d'agir ! Pourquoi risquer l'avenir de notre si précieuse ressource, celle que nous détenons en si grande part dans ce monde, celle de l'eau mais avant tout de la vie, de la vie de plusieurs familles, de plusieurs générations, de notre avenir ? Devrions-nous envisager un jour de devoir acheter notre eau ailleurs et par surcrôît de passer pour les plus grands gaspilleurs de cette ressource de qualité que nous avions en si grande quantité ? N'existe-t-il pas des avenues plus positives et prometteuses ? Nous avons des problèmes avec l'enfouissement de nos déchets, pourquoi ne pas investir davantage dans des projets similaires à celui que la ville d'Edmonton en collaboration avec la province d'Alberta vienne de signer avec une compagnie québécoise pour la transformation de nos déchets en biocarburants ? Comme dirait l'autre, «dans mon livre à moi» on manque l'occasion de faire d'une pierre deux coups. Je rêve au jour où les québécois prendront véritablement leur avenir, que dis-je, leur destin durable entre leurs mains car nos représentants politques ne font rien dans ce débat pour améliorer notre perception à leur égard ! Merci encore une fois de tenter d'éveiller la conscience du plus grand nombre d'humains !        

Les bonnes questions

Merci pour vos encouragements!

Vos préoccupations sont les mêmes que celles de milliers de Québécois. Vos questions font partie de celles qui doivent être posées et entendues.

Nous travaillons fort sur le dossier des gaz de schiste. Les citoyens doivent être entendus!