Skip to Content

Les géants montrent la voie de sortie des énergies fossiles : le Canada doit accélérer le pas

world-bank.jpg

Cette semaine, lors du One Planet Summit (Sommet international sur le climat) à Paris, la Banque mondiale, la plus grande banque multilatérale au monde, a annoncé qu’elle cesserait d’investir dans les énergies fossiles à compter de la fin de 2019. Une annonce véritablement historique, aussitôt suivie de celle d’AXA, le plus grand assureur au monde, indiquant qu’il n’assurerait plus le transport et la production du pétrole des sables bitumineux, l’un des combustibles les plus polluants de la planète, de même que la construction de nouvelles centrales et mines de charbon.

« Les géants de ce monde comprennent que l’heure est venue d’investir dans les énergie renouvelables et d’accélérer la transition mondiale vers les énergies propres » soulignait Steven Guilbeault. Le Canada, lui, doit encore faire ses preuves en éliminant notamment les subventions aux énergies fossiles, 1,6 milliard de dollars chaque année.

Découvrez les temps forts de la semaine dans la lutte aux changements climatiques lors de la dynamique conférence en direct par Steven Guilbeault et Julie Tremblay de notre équipe des communications diffusée le 13 décembre!

Le Canada doit passer de la parole aux actes

Un an après la mise en place du Plan climat pancanadien (cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques), force est de constater que les efforts concrets de réduction de GES proviennent surtout des provinces. Il est temps pour le gouvernement fédéral de Justin Trudeau de passer de la parole aux actes. Beaucoup reste à faire pour adopter les mesures législatives qui nous permettront d’atteindre nos cibles de réduction de GES et maintenir notre crédibilité sur la scène internationale.

Équiterre rappelle au Québec ses engagements de réduction de GES

Équiterre n’a pas chômé non plus au cours des derniers jours et a déposé, au nom de ses membres et sympathisants,plusieurs commentaires et mémoires pour faire évoluer les lois, règlements et politiques en vigueur et rappeler au gouvernement québécois ses engagements en matière de lutte aux changements climatiques.

Équiterre a ainsi déposé :