Skip to Content

Votons pour l’environnement : un outil pour comparer

Actu - Élections 2015 : outil pour voter

Dans quatre jours, nous serons invités à poser un geste qui pourrait être déterminant pour faire pencher le sort de notre planète du bon côté. Pour vous aider à faire votre choix, Équiterre et Environmental Defence ont comparé les engagements environnementaux des principaux partis.

 Analyse partisAnalyse partis

Sachant que :

  • le gouvernement actuel priorise les projets de pipelines et le développement des sables bitumineux (qui émettent de 3 à 4 fois plus de GES que le pétrole conventionnel), sans parler des dégâts écologiques liés à leur extraction, leur transport et leur utilisation (détérioration des milieux, hauts risques de déversements pouvant hypothéquer d’importantes réserves en eau potable et contaminer nos communautés, peu de retombées économiques, réchauffement climatique, etc.);
  • le Canada, jadis considéré comme un leader en matière d'environnement, a été le seul pays à se retirer du Protocole de Kyoto;
  • l’Agence internationale de l’énergie (AIE) préconise que les 2/3 des réserves de combustibles fossiles doivent rester enfouies pour ne pas dépasser le seuil des 2°C de réchauffement global maximal d'ici la fin du siècle;
  • en vue de la Conférence des Nations Unies à Paris fin 2015, le gouvernement canadien actuel a adopté l’une des cibles de réduction de GES parmi les moins ambitieuses des pays industrialisés;
  • les scientifiques du monde entier pressent la communauté internationale d’agir immédiatement pour limiter les dégâts causés par un réchauffement climatique de plus de 2°C en 2100, qui accentuerait notamment les vagues de chaleur, le réchauffement de l’atmosphère et des océans, l’extinction de nombreuses espèces animales et végétales et les risques de conflits liés à l’accès aux ressources (alimentaires, eau potable) et aux vagues migratoires dues aux inondations, glissements de terrain, tempêtes et autres cataclysmes.

Pour que cette liste cesse de s’allonger et ces impacts de se multiplier, il y a une solution, vraiment toute simple, à notre portée : voter pour un parti qui a compris que la lutte aux changements climatiques et la réduction des GES sont compatibles avec un développement économique durable et que les énergies renouvelables créent plus d’emplois, mieux rémunérés et plus durables, que les énergies fossiles. L’économie verte a le vent dans les voiles!

Dans quatre jours (et à l’aube de COP21, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris), posons un geste important pour la planète - au-delà de la partisanerie politique et de nos frontières - pensons aux communautés déjà touchées par les changements climatiques, à nos enfants, petits-enfants et aux générations futures : allons voter. C’est la meilleure façon de combattre le cynisme ambiant et surtout, de construire un avenir vert et affranchi des énergies du passé.

Pour en savoir plus sur notre analyse des plateformes des partis fédéraux

GES

Êtes-vous vraiment en train de nous suggérer de voter pour le toujours libéral Mulcair plutôt que pour le parti Vert ? Mulcair reniera ses promesses le 20 octobre. Réveillez-vous !

Nous ne suggérons rien, ce

Nous ne suggérons rien, ce sont les cibles de réduction des GES telles que communiquées par les partis (ou non), classées par ordre de grandeur.