Skip to Content

À tout problème il existe une solution

Blog - Les Iles Tuvalu vulnérables à la hausse du niveau de la mer

Les pays riches se sont engagés, lors de la Conférence de Copenhague en décembre dernier, à fournir une aide aux pays en voie de développement de 30 milliards de dollars d'ici 2012 en vue de lutter contre les changements climatiques. Ces mêmes pays riches se sont également engagés à fournir une aide additionnelle de 100 milliards de dollars par année d'ici 2020.

Vous allez me dire qu'il s'agit là de beaucoup d'argent, et pour vous et moi, ça l'est certainement. Mais gardons en tête que seulement pour l'année 2009, l'administration Obama a fourni 700 milliards de dollars à des voleurs de grands chemins qui ont fait des profits records en prenant des risques énormes, plongeant l'économie mondiale dans une grave récession pour ensuite se  servir de l'argent d'Obama pour se payer de richissimes bonus à la fin de l'année.

Revenons aux 100 milliards de dollars promis par les pays riches à Copenhague. À ceux et celles qui me diront que nous n'avons pas les moyens de fournir ces sommes aux pays pauvres, je répondrai que les membres du G20 se sont engagés, lors d'une rencontre à Pittsburgh l'an dernier, à éliminer les subventions aux combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz) et que ces subventions se chiffrent, pour les pays riches, à environ 100 milliards de dollars... Exactement le montant qu'ils se sont engagés à verser à Copenhague. Pour le Canada, on parle de subvention pour le pétrole et le gaz de l'ordre de 2 milliards de dollars par année.

Êtes-vous encore nombreux à croire que les pauvres petites compagnies pétrolières ont besoin de l'argent des payeurs de taxes pour arrondir leur fin de mois? Si l'on se fie à un sondage rendu public aujourd'hui, poser la question c'est y répondre. Selon le sondage effectué par le Gandalf Group pour le compte du Réseau Action Climat, 70% des répondants appuient l'idée de réduire les subventions aux combustibles fossiles.

De toute évidence, nous ne manquons pas d'argent pour respecter nos promesses, il s'agit de faire des choix: les pétrolières ou les pays en voie de développement?

Steven Guilbeault