Skip to Content

Gaz de schiste au Québec - On peine à voir le développement durable

par : 
Hugo Séguin
Blog - Forage

À voir la hâte et la fébrilité avec laquelle le gouvernement du Québec procède dans le dossier des gaz de schiste, on a l’impression que les gisements de ce carburant fossile sont de nature migratoire et vont subitement s’envoler vers des cieux plus cléments si on ne se dépêche pas à les exploiter. Cette hâte est injustifiable, d’autant plus quelle se fait au détriment d’un débat ouvert et serein.

Des raisons valables militent en faveur d’un temps d’arrêt. Plusieurs insistent avec raison sur les impacts environnementaux et sécuritaires locaux. D’autres notent avec justesse les lacunes du régime réglementaire québécois, y compris sur la question des redevances. Nous croyons qu’il est aussi important d’analyser l’effet de cette filière sur les engagements du Québec en matière de lutte au réchauffement climatique, un domaine où le gouvernement à jusqu’ici fait preuve de leadership sur la scène canadienne et internationale. Cette réflexion ne saurait se faire dans le climat actuel.

Pour notre part, nous peinons à voir en quoi le développement de la filière des gaz de schiste s’inscrit dans une vision de développement durable, notamment au niveau de la lutte aux changements climatiques. Si le réchauffement planétaire est menace « sérieuse et globale », comme l’indiquait le premier ministre Charest avant son départ pour Copenhague, on peut se demander en quoi l’ajout éventuel de plusieurs millions de tonnes de gaz à effet de serre dans le bilan des émissions québécoises aidera le Québec à atteindre ses objectifs de réductions et à contribuer aux efforts mondiaux visant à éviter une catastrophe climatique.

Par souci de clarté, rappelons que la combustion des carburants fossiles – charbon, pétrole et gaz naturel – est la cause principale des changements climatiques. Bien que sa combustion soit moins émettrice que les autres, le gaz naturel est une des principales sources de gaz à effet de serre au plan mondial. Un extraordinaire consensus scientifique nous indique que seule une décarbonisation profonde du système énergétique mondial peut nous permettre de maintenir la hausse des températures moyennes de la planète sous des niveaux critiques. Comme le pétrole et le charbon, le gaz naturel devra aussi rapidement céder sa place au cours des prochaines décennies au profit d’autres formes d’énergies propres. C’est là le défi auquel nous sommes confrontés.

En théorie, le gaz naturel, conventionnel ou non, comme le gaz de schiste, pourrait jouer un rôle temporaire et transitoire vers un système énergétique dominé par les énergies vertes. On peut penser par exemple à la fermeture à très court terme de centrales au charbon aux États-Unis et dans quelques provinces canadiennes au profit d’une augmentation de la production d’électricité de la part des centrales au gaz naturel existantes. À la rigueur, l’élimination du mazout dans le chauffage résidentiel, commercial, institutionnel ou industriel. Et à des véhicules pouvant être convertis au gaz naturel.

En pratique, le gaz de schiste québécois, en ne faisant que se substituer au gaz naturel en provenance de l’Ouest du Canada, comme l’admet l’industrie, ne saurait y contribuer. Au Québec, aucune centrale au charbon à fermer, une flotte de véhicules sur le (lent) chemin de d’électrification et des surplus massifs d’hydroélectricité qui pourraient probablement remplacer plus avantageusement le mazout dans la chauffe, sans compter l’énorme potentiel résiduel en matière d’efficacité des bâtiments et d’autres types d’énergies sobres en carbone à l’étape de la commercialisation.

De plus, plus l’industrie pompera du gaz de notre sous-sol, puis elle augmentera les émissions québécoises de gaz à effet de serre, les activités d’extraction et de transformation du gaz naturel étant particulièrement émettrices. Si nous produisions aujourd’hui ce que nous consommons, nous estimons que nous plomberions d’au moins 2 millions de tonnes de gaz à effet de serre le bilan des émissions du Québec, soit presque autant que ce qu’aurait émis la centrale thermique du Suroît. Il est difficile de concevoir comment le gouvernement du Québec pourra, dans ce contexte, respecter ses objectifs de réductions d’émissions qu’il a pris devant la communauté internationale il y à peine quelques mois. À moins que celui-ci décide de demander à d’autres secteurs de l’économie québécoise – les alumineries, les pâtes et papiers - de faire des efforts supplémentaires ?

Jusqu’à maintenant, ni le gouvernement ni l'industrie ne nous ont encore donné des raisons de croire que les gaz de schiste puissent s’inscrire dans une vision de développement durable. Et encore moins comment ils peuvent être réconciliés avec les engagements du gouvernement en faveur de la lutte aux changements climatiques, ni avec la vision de faire du Québec une puissance énergétique verte, vision qui est la nôtre et que nous soutenons.

Le gouvernement et l’industrie ont des réponses à donner à des questions légitimes et pertinentes : à quoi servira le gaz de schiste ? Quelles quantités de gaz à effet de serre seraient émises par l’exploitation du gaz de schiste ? En quoi une éventuelle industrie gazière contribuera-t-elle à la lutte aux changements climatiques ? De même : quelles seraient les retombées économiques de l’exploitation du gaz de schiste pour la société québécoise ? Avons-nous mieux à nous mettre sous la dent que les chiffres disparates brandis ça et là par les porte-parole de l’industrie ? À combien l’industrie évalue-t-elle les superficies de terres agricoles qui devront être réaffectées pour permettre le développement de l’industrie ?

On voit mal comment avoir cette conversation dans le contexte actuel de hâte et de fébrilité, où les oppositions se trouvent maintenant discréditées par les porte-parole gouvernementaux, comme si le débat n’était pas au cœur de l’exercice démocratique.

Dans ce contexte, un moratoire sur les activités de prospection et d’exploitation, couplé à une étude générique confiée au Bureau d’audience publique sur l’environnement, nous apparaît incontournable et, bien honnêtement, inévitable. Place à un débat digne d’une société mature.
 

Impacts sur l'économie agricole du Québec

Gaz de schiste : On parle beaucoup des retombées économiques possibles. Par contre, on ne parle pas beaucoup des impacts sur les autres économies du Québec... Sur Youtube, il y a une présentation d'une minute qui fait réfléchir quant aux impacts économiques sur l'agriculture. http://www.youtube.com/watch?v=Ksd7kixN8o4

La cohérence

Il y a une chose qui me titille, si jamais on trouve une façon d'extraire ce gaz en limitant au maximum les effets sur l'environnement. Que son exploitation puisse générer des retombées en substituant les importations que l'on fait du gaz naturel de l'Ouest (Déjà juste ça, c'est une certraine forme de création de richesse car cet argent, demeure dans la province et permet de contribuer au financement des écoles et hopitaux du Québec à la place de ceux de l'Alberta). Si on mets en place en plus un système de redevances équilibré. Pour les émission de carbone, l'enjeux est mondial. Que l'on extrait du gaz au Québec ou en Alberta... le résultat est le même pour la planête. Extraire du gaz au Québec rapproche également le lieu de production du lieu de consommation, c'est important à spécifier comme avantage... Quand je vais à Montréal, il est incroyable de voir comment le gaz naturel est utilisé pour chauffer les maisons, l'eau... même chez ceux qui sont outrés par le dossier du gaz de schiste... Bref, si jamais on trouve une façon intelligente de produire du gaz naturel au Québec, avec les retombées pour les finances publiques québécoises, est-ce que Equiterre pourrait envisager cette production? Ou bien, en partant, c'est no way? Si c'est pas question, je suggère aussi d'imposer un moratoire sur les système de chauffage au gaz naturel. Arrêtons de jouer à l'autruche. On ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs. Si le gaz naturel est polluant, arrêtons de l'utiliser dans nos maisons...Soyons cohérents entre discours et agissement personnel... Désolé si mon commentaire ne cadre pas avec la philosophie de l'organisme, je vis loin de Montréal dans une ville minière et forestière, alors j'ai peut-être une autre façon de voir les choses, un autre angle de réflexion. En espérant pouvoir aider à la réflexion de cet enjeux important pour le Québec.

Quelle place pour le gaz naturel ?

Merci Steve pour votre intervention. L'analyse que l'on fait chez Équiterre, c'est que c'est le système énergétique de nos sociétés industrialisées qui doit être profondément transformé, et ceci en quelques décennies, si on veut lutter efficacement contre les changements climatiques.

Aujourd'hui, dans les pays développés, 80% des émissions de gaz à effet de serre provient de la combustion de carburants fossiles - charbon, pétrole et aussi gaz naturel. S'il faut réduire nos émissions de l'ordre de 80% d'ici 2050, comme l'indique le GIEC, les carburants fossiles - dont le gaz naturel - devront céder leur place à d'autres formes d'énergie ou à moins de consommation d'énergie tout court.

Le gaz naturel est moins dommageable que le charbon et le pétrole, mais il contribue quand même au réchauffement planétaire. Dans certains cas, et de manière transitoire, il peut jouer un rôle positif en se substituant à plus polluant que lui-même - ce serait le cas si on fermait les centrales au charbon aux États-Unis et qu'on les replaçaient par une hausse de la production des centrales au gaz naturel. Au Québec, il pourrait aussi servir au remplacement du mazout dans les systèmes de chauffage, si tant est qu'il ne bloque pas la voie à des formes d'énergie encore moins dommageables pour le climat (géothermie, hydro, etc.), ou encore l'efficacité énergétique. Mais simplement ajouter à la consommation de gaz naturel, au Québec, ne ferait qu'augmenter nos émissions de gaz à effet de serre.

Vous avez raison de dire que si on le produisait ici, on rapprocherait le gaz naturel de ses clients. Mais ça ne change pas que, fondamentalement, le gaz est un émetteur de GES et qu'on doit travailler à des alternatives. Ce que nous faisons.

Pour nous, le gouvernement et l'industrie doivent nous indiquer comment le gaz de schistes peut faire partie de la solution aux changements climatiques. Pour l'instant, la démonstration est loin d'être faite.

Fébrilité de fièvre

 Nous assistons toujours au même empressement de types ‘Klondike’ que cela soit pour les petites centrales, les éoliennes, l’uranium, etc. Des industries qui rapportent dans la légende du développement libéral, profit (pour qui), développement, balance commerciale favorable quitte à laissé le tout à des intérêts privés pour ne pas dire étranger… d’autres filières existent comme le solaire ou l’énergie marémotrice…. Mais au-delà de tout çà, comment faire contribuer à la caisse électorale et tout de suite ces énergies en attentes de développement efficaces, comment taxer mon toit solaire, comment continuer à faire grossir la boule… Telle est la question

Je sens comme une odeur...

C'est assez étonnant, alors que le gouvernement s'apprête à célébrer les 50 ans de la Révolution tranquille, de le voir recourir à une façon de procéder qui pourrait - je dis bien qui pourrait - sembler davantage inspirée par les dictats de l'industrie gazière que par les intérêts et les attentes du peuple québécois. Je ne suis pas expert et je me demande : ce gaz de schiste, est-il inodore comme l'est le gaz naturel, ou est-il porteur de quelque parfum nauséabond d'avant-Révolution tranquille?