Skip to Content

L’Halloween au ralenti ou « slow Halloween »!

Blog - Annick Girard

Dès le lendemain de la rentrée scolaire, bonbons et barres de chocolat apparaissent sur les tablettes des commerces. Suivent rapidement les articles de décoration, costumes et autres accessoires, la plupart fabriqués de plastique, dans des pays où les conditions de travail sont loin d’être enviables, et peu durables.

Quand on regarde de plus près, que découvre-t-on? Les costumes se résument à quelques moules de plastique et accessoires allant des traditionnels pirates, princesses et punks aux super héros à la mode. Les bonbons sont tous fabriqués par les plus grandes multinationales et coûtent de plus en plus cher. Et que dire des accessoires de décoration? Plastique et plastique, zéro originalité, piètre qualité, articles gonflables énergivores ; de la bébelle! Mais puisque ces articles sont facilement accessibles et que nos vies se passent à vitesse « grand V », beaucoup succombent à cette offre. Au-delà des fantômes et morts-vivants qui surgissent à l’Halloween, c’est ça qui me fait peur.

Vous le devinez, impossible d’en rester là et d’accepter les choses ainsi. Je vous propose de retrouver le sens de cette fête, de ralentir la cadence et de s’éloigner le plus possible de l’aspect commercial de cette fête.

Un costume original
Les enfants réfléchissent longuement à leur costume. Quand le choix est fait, allez hop, on fouille dans nos coffres pour dénicher le truc qui servira de point de départ pour concevoir LE costume souhaité. Le reste, on le trouve usagé à la friperie du coin. Résultat  : un costume unique et original à chaque année et la grande fierté du costumé qui a participé à sa confection.

Quelques astuces :
• Organiser des échanges d’accessoires et de costumes usagés avec nos amis et voisins pour garnir vos coffres de nouveautés.
• S’inspirer des nombreuses images et ressources disponibles sur le web.
• Au besoin, privilégier l’achat d’articles durables (de qualité) fabriqués localement, qui pourront servir pour plusieurs costumes.
• Louer un costume complet ou un accessoire dans une boutique spécialisée.

Des décorations efficaces
Côté déco, c’est un peu le même scénario. On ressort notre boîte poussiéreuse de l’an dernier, on éternue quelques fois, et puis on trouve de nouvelles manières d’utiliser son contenu. C’est un plaisir ensuite de bricoler en famille pour compléter notre chef-d’œuvre. Une fois de plus, le web est une source intarissable d’idées.

Et pourquoi ne pas laisser libre cours à votre imagination? Une trame sonore envoûtante et un rideau déchiré à la fenêtre feront un effet monstre! Quelques bocaux de liquides verdâtres, posés çà et là, et un chercheur fou en sarrau tâché qui distribue des bonbons donneront un air de laboratoire diabolique à votre maison. L’Halloween, c’est la fête par excellence pour créer des univers uniques et lâcher son fou.

Vive les bonbons!
Ah! les bonbons! Sans aucun doute une des composantes essentielles de cette fête. Nul besoin de les diaboliser. Les enfants les adorent et une fois de temps en temps, rien de mal à les dévorer. Rien de mal non plus à en donner moins, ni à choisir ce que l’on donne! En leur accordant une place un peu moins importante, on évite que la soirée soit réduite à une simple distribution de bonbons.

Quelques astuces :
Distribuer du chocolat équitable et en faire mention lors de la distribution.
• Réhabiliter les bonbons faits maison et les fabriquer avec les enfants. En offrir aux gens que l’on connaît pour éviter qu’ils se retrouvent à la poubelle.
• Surprendre en offrant autre chose que des bonbons (pommes, biscuits maison, muffins à la citrouille) à une fête d’amis, à nos proches, à l’école des enfants et qui sait peut–être éventuellement à tout le monde!

Une fête interactive et communautaire
L’Halloween est une occasion idéale pour échanger avec ses voisins et tout simplement avoir du « gros fun noir » avec les jeunes et moins jeunes. Une amie et collègue pousse la chose de plus en plus loin chaque année, avec l’aide de son chum, de leurs quatre enfants et de plusieurs voisins et amis. C’est devenu la maison du quartier où aller ce soir-là! Voici quelques unes de ses idées qui sauront vous inspirer, je l’espère, à la pratique du « slow Halloween ».

• Proposer des défis aux jeunes en échange de bonbons. Exemple : mettre sa main dans du compost, goûter à du kale, de la betterave ou pour les plus ambitieux, croquer dans une gousse d’ail, un piment fort, etc. Les ados adorent!
• Demander aux jeunes de chanter une chanson, de raconter une blague ou de faire un truc de leur choix en échange de sucreries.
• Prendre le temps d’échanger avec les jeunes qui sont à notre porte et féliciter ceux qui portent des costumes faits maison.
• Servir un chocolat chaud (équitable, bien sûr) ou un bol de soupe aux parents.
• Pour faire changement une année, faire la distribution de bonbons dans la rue, en jasant avec les jeunes, plutôt que de le faire à la maison.

Bonne soirée abracadabrante à tous!

D’autres astuces pour passer une soirée écolo sont publiées dans un article antérieur.

L'automobile

Aussi, sensibiliser son entourage et ceux qui viennent à notre porte à un Halloween sans automobile. C'est un fléau dans mon quartier à Jonquière, l'exact opposé du "slow Halloween". Pourquoi rendre la tournée des maisons si performante et polluante, tout en diminuant la sécurité des piétons? Chez nous ce sera double ration de bonbons pour les marcheurs et commentaires pour faire réfléchir les enfants en voiture!