Skip to Content

Électrification des transports: une annonce bienvenue, nécessaire mais non suffisante

Québec, le 7 avril 2011 - Équiterre salue le plan d’action du gouvernement du Québec présenté aujourd'hui quant à l'électrification des transports mais souhaite que celui-ci soit rapidement bonifié par de nouvelles décisions en matières de transports collectifs et d’aménagement du territoire.

Le gouvernement du Québec envoie un signal aux consommateurs, aux sociétés de transport et aux entreprises de camionnage en les incitant à faire l’acquisition de véhicules électriques, par un ensemble de moyens relativement modestes, à raison de 16,5 M$ par année. Ce faisant, on souhaite le développement, ici au Québec, d’une filière industrielle au cœur de l’essor de l’économie verte.

« Il s’agit d’un choix économique judicieux, qui montre clairement qu’aujourd’hui, on peut, et on doit, allier énergie, environnement et économie. Le Québec peut devenir une puissance énergétique verte et s’inscrire dans la transition vers une société sobre en carbone », explique Hugo Séguin, conseiller principal d'Équiterre.

Équiterre constate par ailleurs que les gains apparaissent relativement timides sur le plan environnemental, notamment au niveau de la réduction des émissions de GES, de l’amélioration de la qualité de l’air et de la réduction de la consommation de pétrole.

« Dans le cadre des politiques actuelles, il s’ajoutera quelque 600 000 voitures de plus sur les routes du Québec d’ici 2020. Au terme du plan d’action, moins de 10% du parc automobile québécois sera composé de véhicules électriques. Malgré tout, il y aura encore plus de voitures à essence sur nos routes », ajoute monsieur Séguin.

Équiterre considère que pour atteindre des objectifs environnementaux importants et réduire véritablement notre consommation de pétrole, il faudra rapidement compléter ce plan d’action par des investissements massifs en transports collectifs, à un niveau encore jamais atteint jusqu’à maintenant. Le gouvernement du Québec devra également mettre en place des politiques musclées pour stopper l’étalement urbain.

Équiterre attend avec impatience des décisions importantes de la part du gouvernement du Québec dans ces domaines, en particulier à travers l’adoption d’une nouvelle Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, et également par l’adoption d’un nouveau Plan d’action sur les changements climatiques à l’horizon 2020.

- 30 -

Source:
Eveline Trudel-Fugère
Équiterre
514-605-1000
etfugere@equiterre.org