Skip to Content

Équiterre demande au Gouvernement du Québec de mieux évaluer les risques des projets de pipelines des sables bitumineux au Québec

Montréal, 11 juillet 2012 - Alors qu’Enbridge est accusée par une agence réglementaire américaine de négligence grave ayant causé d’importants dommages environnementaux, Équiterre demande au Gouvernement du Québec de mieux évaluer les risques des projets de pipelines des sables bitumineux au Québec dont le projet d’Enbridge qui passe par plusieurs régions telles que Montréal et l’Estrie.

Une agence gouvernementale américaine a rendu public un rapport qui reproche à Enbridge d’avoir négligé les enjeux de sécurité reliés à leur oléoduc dans le cadre du déversement dans la rivière Kalamazoo au Michigan. Dans la présentation de son rapport, le bureau national de la sécurité des transports soulève de multiples lacunes en ce qui a trait à la sécurité des oléoducs d’Enbridge. La compagnie fait face à des amendes pour 24 violations des mesures de sécurité de transport par oléoducs.

Ce rapport arrive au moment où Enbridge vient de confirmer publiquement sa volonté de faire transiter par pipeline sur le territoire québécois du pétrole brut des sables bitumineux vers les provinces et les états de l’est de l’Amérique du Nord. Plus précisément, au Québec, les oléoducs de Pipe-lines Portland Montréal, une société détenue par Suncor et Imperial Oil, ainsi que la Ligne 9 d’Enbridge, seraient utilisés pour transporter les sables bitumineux en provenance de l’Alberta vers Portland, Maine.

Compte tenu que le transport des sables bitumineux comporte plus de risques de déversements et qu’en cas d’accident, leur nettoyage dans l’environnement est plus difficile que le pétrole conventionnel, Équiterre demande au gouvernement du Québec d’être plus vigilant afin de protéger son environnement et ses citoyens.

« Le gouvernement du Québec devrait être plus proactif quant à la sécurité des pipelines au Québec, afin de protéger notre eau potable et la santé des Québécois », affirme Sidney Ribaux, coordonnateur général d’Équiterre.

« Avec l’affaiblissement des exigences fédérales en évaluation environnementale récentes via la loi C-38, le gouvernement du Québec doit se montrer vigilant dans ce dossier et s’assurer que le territoire et les ressources en eau seront protégés des déversements qui risquent d’arriver si les compagnies comme Enbridge ne sont pas plus responsables. Équiterre demande que des études préalables sur les risques engendrés par le transport des sables bitumineux par pipelines soit commandées par le gouvernement, puis rendues publiques », insiste M. Ribaux.

-30-

Source :
Loïc Dehoux, Équiterre
514 605 2000

Flux d'information :