Skip to Content

La Maison du développement durable fait de la haute voltige

Dévoilement officiel de la plaque de certification LEED® PLATINE Nouvelle construction (NC)


Montréal, le 12 septembre 2013 – La Maison du développement durable a officiellement dévoilé la plaque de certification LEED® PLATINE Nouvelle construction (NC) décernée par le Conseil du bâtiment durable du Canada, une reconnaissance faisant d’elle le premier bâtiment au Québec à atteindre la plus haute distinction possible dans ce système international d’évaluation des bâtiments écologiques.

« La Ville de Montréal a clairement démontré qu’elle partage la vision des fondateurs de la Maison du développement durable et l’importance qu’elle y accorde en appuyant rapidement ce beau projet », rappelle Josée Duplessis, présidente du comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable du développement durable, de l'environnement, des grands parcs et des espaces verts.

« Pour obtenir la certification LEED® PLATINE, un projet doit cumuler 52 points sur un total de 70. La Maison a largement dépassé ce cap avec 59 points. Toute une performance ! », affirme Josée Lupien, présidente de la section du Québec du Conseil du bâtiment durable du Canada. D’ailleurs, pour célébrer cette véritable performance, un artiste des 7 doigts de la main a réalisé un numéro d’équilibre devant le mur végétal de 5 étages.
« Les membres fondateurs de la Maison sont très fiers d’avoir cru dès le départ, il y a maintenant dix ans, à l’ambitieuse idée d’Équiterre de viser cette certification », résume Robert Perreault, directeur général de la Maison.

« Cette certification vient confirmer qu’il s’agit de l’un des bâtiments les plus écologiques du continent. Notre plus grand souhait est que cela en stimule d’autres à se dépasser et même à excéder la performance de la Maison, d’où notre mission de démonstration, d’éducation et de recherche », explique Sidney Ribaux, président du conseil d’administration de la Maison du développement durable et directeur général d’Équiterre.

Le parcours d’interprétation, qui vient d’être complété avec cinq nouvelles bornes interactives, quatre panneaux graphiques et sa version virtuelle (www.lamddvirtuelle.org), les visites guidées et le centre de références sur le développement durable sont autant d’exemples des outils offerts par cette vitrine unique et exemplaire sur le bâtiment durable, accessibles non seulement au Québec, mais également à l’étranger. La Maison propose maintenant une version anglaise de son site pour que l’information soit accessible de partout.

« La Maison du développement durable a mis la barre haute tant en matière de construction que d’approche en développement durable. Un exemple à suivre qu’Alcoa est fier d’appuyer », se réjouit Claude Vincent, directeur Santé, Sécurité, Environnement et Développement durable d’Alcoa Canada Groupe Produits primaires, partenaire principal de la Maison.

Le système LEED® évalue la performance du projet en reconnaissant le rendement dans cinq secteurs clés de la santé humaine et environnementale, dont l'aménagement écologique des sites, la gestion efficace de l'eau, l’efficacité énergétique, le choix des matériaux et la qualité des environnements intérieurs. « L’obtention des points nécessaires à la certification a nécessité une démarche de longue haleine très rigoureuse », explique Sylvain Grand’Maison, gestionnaire de projet chez Services CGP.

« La conception de la Maison a réussi à marier confort et protection de l’environnement tout en mettant de l’avant une architecture démonstrative », précise Anik Shooner de Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes.

« De plus, l’ingénierie mécanique et électrique a nécessité des prouesses d’ingéniosité », lance Jacques Lagacé, ingénieur de Bouthillette Parizeau & associés. « Plusieurs éléments ne sont pas courants dans les constructions urbaines actuelles et ont constitué des défis stimulants, comme le système de géothermie, l’enveloppe thermique ultra-performante et le toit vert d’environ 800 m2 », rappelle Nadine Léonard, vice-présidente régionale, Toronto métropolitain de Pomerleau inc., l’entrepreneur qui a réalisé la construction.

« Ce n’est pas pour rien que la structure de l’édifice vient de remporter un prix de l’Institut d’acier d’armature du Québec, elle témoigne aussi de l’innovation de l’équipe de réalisation », ajoute Normand Leboeuf, chargé de projet, Pasquin St-Jean.

Les idéateurs du projet sont allés au-delà des exigences de la certification LEED® : en ajoutant, par exemple, un mur végétal de près de 38 m2; en faisant appel aux services de l’entreprise d’insertion sociale Le Boulot Vers pour construire les armoires de cuisine et certains meubles; et en utilisant du bois de fond de rivière pour recouvrir les garde-corps de l'escalier et de la passerelle.

La Maison du développement durable aura permis, grâce à l’appui d’Hydro-Québec, la création d’un nouveau parc vert accessible au public, au centre-ville. Le parc, réalisé par l’équipe d’architectes paysagistes Claude Cormier et Associés, compte 29 arbres et 680 m2 de plantes indigènes ou adaptées aux conditions locales. Sous la grille perforée, on retrouve des isolateurs récupérés sur le réseau de distribution d’Hydro-Québec qui facilitent la pénétration de l’eau dans la terre et réfléchissent la lumière.

La sensibilisation et l’éducation du public sont au cœur de la mission de la Maison, qui propose notamment un centre de ressources sur le développement durable et nombre d’activités de rencontres, d’échanges et de réflexion sur des enjeux d’actualité liés au développement durable.

Le projet, au coût de 27 millions de dollars, a pu être réalisé grâce à la participation financière d’Alcoa Canada, le partenaire principal du projet, du ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, de la Ville de Montréal, de RONA, d’Hydro-Québec, du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, de Bell, du Mouvement des caisses Desjardins, de la Fédération canadienne des municipalités, de la Fondation EJLB, de la fondation de la famille J.W. McConnell, de lg2, de Cascades, de Gaz Métro, de l’Arrondissement de Ville-Marie, de Carat, du Fonds de solidarité FTQ, de Pomerleau, de Redcliff Métivier, de la SAQ, de Transcontinental inc. et de la Fondation Daniel Langlois pour l'art, la science et la technologie.

La Maison du développement durable
Huit organisations engagées dans la promotion du développement durable se sont unies afin de créer la Maison du développement durable, un pôle de rencontre, d'échanges, de réflexion et d'innovations. Ce bâtiment écologique démonstratif, le premier bâtiment certifié LEED® Platine NC au Québec, a pour mission d’inspirer les citoyens, les experts et les élus et de créer une synergie entre ses membres fondateurs : Amnistie internationale, le Centre de la petite enfance Le Petit réseau, le Conseil régional de l’environnement de Montréal, ENvironnement JEUnesse, Équiterre, Option consommateurs, le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec et Vivre en Ville. www.lamdd.org

Pour consulter la version virtuelle du Centre d’interprétation sur le bâtiment durable : lamddvirtuelle.org

– 30 –

Visuels disponibles sur demande.

Renseignements :

Julie Tremblay, Relations médias, Équiterre

514-605-2000 / jtremblay@equiterre.org

Amélie Ferland, directrice des communications et de la programmation, Maison du développement durable 514-592-0847 / aferland@lamdd.org