Skip to Content

Le Fonds vert deviendra le Fonds d'électrification et de changements climatiques : Équiterre souhaite que les changements apportés renforcent la lutte aux changements climatiques

 

Montréal, le 25 juin 2019 – Équiterre soulève des inquiétudes par rapport à la réforme du Fonds vert et l'élimination de Transition énergétique Québec, annoncées par le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec ce matin.

« Une meilleure transparence et une utilisation judicieuse des fonds sont nécessaires pour s’assurer que les investissements permettent les plus grandes réductions de GES », déclare Annie Bérubé, directrice des relations gouvernementales chez Équiterre. « Nous espérons toutefois que la nouvelle structure permettra la mise en œuvre de mesures ambitieuses et urgentes dans tous les secteurs économiques au Québec, ce que nous souhaitons voir adopter dans le prochain plan de lutte aux changements climatiques 2020-2030 ».

Équiterre tient à rappeler que le Fonds vert avait été utilisé par le passé pour financer des projets d’hydrocarbures et d’expansion de gaz naturel, tel que souligné dans son rapport, Les subventions du gouvernement à la consommation et au développement d’hydrocarbures au Québec.

L’organisme souligne que malgré l’importance de l’électrification, la lutte aux changements climatiques nécessitera d’autres stratégies. Il faudra s’assurer que tous les secteurs d’action, comme l’efficacité énergétique, la gestion des matières résiduelles et la sensibilisation aux changements climatiques, qui offrent aussi un potentiel de réduction des GES, ne seront pas oubliés par le financement du nouveau Fonds vert.

Meilleures transparence et reddition de comptes

Équiterre salue la décision de donner le mandat de vérification de la bonne gestion du nouveau Fonds qui sera créé à la Vérificatrice générale du Québec assistée du commissaire au développement durable. De plus, l’organisme croit qu’un comité conseil permanent sur les changements climatiques pourrait être un facteur de transparence et de cohésion dans la crise climatique qui nous concerne tous.

L’abolition de TEQ, nécessaire?

Équiterre estime que Transition énergétique Québec (TEQ) était géré avec rigueur et orienté vers les résultats. Sa mission d’assurer la transition énergétique est importante et devra continuer d'être au cœur de la nouvelle structure mise en place au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Équiterre est préoccupé de la disparition de TEQ et demande que sa gestion, axée sur les objectifs chiffrés de réduction des émissions de GES, en partenariats avec plusieurs experts et organismes externes, puisse se poursuivre au sein du MERN.

-30-

Pour plus d’information ou pour organiser une entrevue, veuillez communiquer avec :

Ryan Worms, Directeur des communications d'Équiterre,
rworms@equiterre.org, 514 605-2000

Flux d'information :