Skip to Content

Oléoduc 9B d’Enbridge : tests hydrostatiques demandés sur toute la ligne et non pas 3 tronçons

Montréal, le 22 juillet 2015 – Équiterre et les Citoyens au Courant demandent que les tests hydrostatiques soient effectués sur l'ensemble du pipeline et pas seulement sur les trois tronçons choisis par l'Office national de l'énergie (ONÉ) comme le prévoit son ordonnance opérationnelle du 18 juin dernier.

L'oléoduc 9B est un pipeline vieux de 40 ans qu'Enbridge prévoit soumettre à des conditions d'exploitation inédites, notamment l'acheminement de 300 000 barils par jour de pétrole non conventionnel issu des sables bitumineux de l'Alberta. L'ONÉ a donné le feu vert au projet, mais exige des tests hydrostatiques sur trois tronçons pour faire la preuve que le pipeline peut être exploité sans danger. Ce faisant, l'ONÉ tente de répondre à la demande de nombreuses municipalités qui ont exigé ces tests sur l'ensemble du pipeline avant sa mise en service. Ces tests permettent de détecter les petits trous de corrosion ou tout autre défaut pouvant mener à la rupture d'une canalisation et établit si cette dernière est en mesure d'être exploitée de façon sécuritaire dans les conditions d'exploitation prévues.

Les Citoyens au Courant ont transmis l'ordonnance de l'ONÉ à Richard Kuprewicz, un expert américain en sécurité d'oléoducs, qui estime que, « compte tenu des anomalies trouvées lors de l'inspection interne et des excavations sur la canalisation 9B, les tests hydrostatiques du pipeline demeurent l'étalon or pour en valider l'intégrité ». Dans son commentaire sur la décision de l'ONÉ, dont les Citoyens au Courant ont obtenu copie, M. Kuprewicz ajoute que le raisonnement de l'ONÉ pour justifier un test hydrostatique sur les trois tronçons prétendument les plus sujets à la défaillance n'est pas adéquatement, ni suffisamment justifié.

Les Citoyens sont d'accords. « Nous ne sommes pas satisfaits de la décision de l'ONÉ, et suite à un examen approfondi de l'ordonnance et des motifs de la décision, nous pensons que les raisons fournies par l'ONÉ pour ne pas exiger les tests hydrostatiques sur tout le pipeline semblent davantage justifiées par la convenance que par un souci de sécurité », affirme Lorraine Caron, PhD, porte-parole des Citoyens au Courant.

Les Citoyens au courant ont déposé auprès de l’ONÉ une demande de révision (http://docs.neb-one.gc.ca/fetch.asp?language=F&ID=A4R5Z7) pour exiger que l’organisme réévalue sa décision du 18 juin 2015 d’exiger les tests sur seulement 10 % du pipeline, en espérant que ce processus de révision permettra à la population d'obtenir des réponses aux nombreuses questions qui se posent, notamment :

Pourquoi l'ONÉ n'exige pas les tests hydrostatiques sur l'ensemble du pipeline compte tenu du fait que le pipeline traverse plusieurs régions densément peuplées et de nombreux milieux vulnérables du point de vue écologique?

Pourquoi l'ONÉ ne tient pas compte des expertises indépendantes qui recommandent les tests hydrostatiques sur l'ensemble du pipeline, surtout que plusieurs anomalies ont été trouvées lors des excavations qui n'avaient pas été détectées lors de l'inspection interne du pipeline?

Pourquoi avoir mené des tests hydrostatiques sur toute l'étendue du pipeline en 1997 avant la première inversion du sens de l'écoulement du pipeline et maintenant opter pour seulement trois tronçons?

Comment l'ONÉ peut-il prétendre que le succès éventuel des tests hydrostatiques sur les trois tronçons choisis serait garant de la sécurité de l'ensemble du pipeline et ainsi remplacer des tests hydrostatiques sur la totalité du pipeline?

Pourquoi les données utilisées pour la sélection des trois tronçons devant faire l'objet des tests hydrostatiques n'ont pas été rendues publiques par l'ONÉ afin de justifier sa décision de manière intelligible?

« Équiterre est d'avis que le projet d'inversion de l'oléoduc 9B d'Enbridge augmentera l'extraction des sables bitumineux et pourrait compromettre la sécurité de l'approvisionnement en eau potable de millions de résidants de la Communauté métropolitaine de Montréal », soutient Geneviève Aude Puskas, agente de mobilisation chez Équiterre.

Les Citoyens au Courant attendent une réponse de l'ONÉ à leur demande d'ici le 21 août prochain.

Le collectif les Citoyens au Courant est un groupe de citoyens qui habitent des municipalités situées à proximité de l’oléoduc 9B d’Enbridge. Le collectif souhaite remercier le CQDE pour le soutien apporté à la préparation de la demande.

- 30 -

SOURCE : Les Citoyens au Courant et Équiterre

Pour information :

Lorraine Caron, Les Citoyens au Courant, 514-577-2644

Geneviève Aude Puskas, Équiterre, 514-792-5222

Pour des renseignements de nature juridique :

Me Karine Péloffy, directrice générale, Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE),
514-746-6597 / karine.peloffy@cqde.org