Skip to Content

Première au Québec : des campagnes de financement à partir de légumes locaux et biologiques dans les écoles !

ee-tit-filles-600.jpg

Montréal, le 17 novembre 2016 – Deux écoles de Montréal ont opté pour l’innovation cette année en démarrant un nouveau type de collecte de fonds pour leurs projets. Grâce au projet Écoles enracinées : pour une alimentation saine, locale et durable, ces écoles ont choisi de faire découvrir aux jeunes et à leurs parents les délicieux et surprenants légumes racines du Québec. Des produits cultivés et livrés par un producteur local, sains, biologiques, qui offrent une alternative intéressante aux traditionnels oranges ou chocolat : un cercle vertueux où tout le monde est gagnant! ​

Ce projet, coordonné et mis en oeuvre par Équiterre et la Commission scolaire Lester-B.-Pearson et ses partenaires est une initiative Système alimentaire montréalais (SAM) et a comme objectif de promouvoir les aliments locaux et biologiques dans les établissements scolaires de l’Ile de Montréal. Une initiative qui contribuera à augmenter l’intérêt des jeunes et de leur famille pour une alimentation saine et locale, et participer à plus long terme à accroître la demande pour les produits locaux et développer de saines habitudes alimentaires.

Le 16 novembre dernier, la première livraison de paniers de légumes biologiques comme activité de financement s’est déroulée à l’École Saint-Charles de Pierrefonds. Frédéric Thériault de la Ferme Coopérative Tourne-Sol, producteur biologique membre du réseau des fermiers de famille d’Équiterre, est venu livrer 50 paniers vendus par l’école aux jeunes et à leurs familles, premiers participants de ce projet-pilote. Le 22 novembre prochain, la deuxième livraison se tiendra à l’École Le Vitrail, située dans Rosemont-La-Petite-Patrie, alors que François Tanguay, de la ferme Les jardins du Petit Tremble, également membre du réseau des fermiers de famille d’Équiterre apportera 135 paniers de savoureux légumes locaux et biologiques. Les familles intéressées à poursuivre la relation amorcée avec ces fermiers de famille qui desservent leur quartier pourront s’abonner au : www.paniersbio.org, pour recevoir des paniers biologiques sur une base régulière pour la saison d’hiver ou d’été.

POURQUOI MENER UNE TELLE CAMPAGNE?

  • Pour récolter des fonds pour les écoles;
  • Pour cuisiner avec des aliments sains, locaux et durables, et sensibiliser les jeunes à une saine alimentation;
  • Pour notre santé et celle de l’environnement (consommer des aliments sans pesticides de synthèse et OGM, réduire le transport et les emballages);
  • Pour soutenir l’économie locale et nos producteurs agricoles.

Bien que ce projet soit une première pour le Québec, de telles initiatives émergent dans les autres provinces et ont été la source d’inspiration de ce projet novateur. C’est au Manitoba que cette idée a d’abord germé, où chaque automne, une campagne de financement prend la forme d'une vente de légumes racines, gérée et coordonnée par un regroupement de producteurs locaux Peak of the Market. En 2015, plus de 350 000 kg de légumes manitobains ont été vendus et livrés dans 358 écoles et garderies à travers la province. Le Manitoba est la première province à avoir mis sur pied un tel programme sur tout son territoire, mais déjà d'autres initiatives similaires ont vu le jour en Ontario et en Colombie-Britannique, et germeront bientôt en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve.

– 30 –

Pour plus d’information ou demandes d’entrevues :

Dale Robertson
Relations médias, Équiterre
514 605-2000 / drobertson@equiterre.org

Le projet Écoles enracinées, pour une alimentation saine, locale et durable est une initiative du Système alimentaire montréalais (SAM), coordonné et mis en oeuvre par Équiterre et la Commission scolaire Lester-B.-Pearson, en partenariat avec la Direction régionale de santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal. Il a été rendu possible grâce au soutien du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, dans le cadre du programme Proximité, financé en vertu de l’Entente Canada-Québec Cultivons l’avenir 2. De plus, le projet a reçu une aide de Québec en forme.