Skip to Content

RAPPORT INÉDIT : Le gouvernement du Québec verse 300 millions $ par année en appui aux hydrocarbures

LE GOUVERNEMENT DOIT REVOIR ET ÉLIMINER
L’ENSEMBLE DE CES SUBVENTIONS D’ICI 2025

 

Montréal, mercredi le 21 mars 2018 – À l’aube de l’annonce du budget provincial, Équiterre et l’Institut International du développement durable (IISD) ont dévoilé aujourd’hui un rapport inédit sur les sommes investies par le gouvernement du Québec en appui aux hydrocarbures, qui démontre que :

  • L’État québécois verse en moyenne 300 millions de dollars par année à la consommation et au développement des énergies fossiles.
  • Depuis 2011, ce sont environ 1,7 milliard de dollars qui ont été versés en appui aux hydrocarbures.
  • Sur 7 ans, Équiterre et IISD ont recensé 35 millions de dollars en subventions provenant du Fonds vert et destinées à favoriser l’utilisation des énergies fossiles, dont 30 millions pour étendre le réseau d’Énergir.

Des actions qui vont à l’encontre de ses propres engagements vers une transition énergétique et l’atteinte de ses ambitieux objectifs de lutte aux changements climatiques, en plus d’être en contradiction avec l’objectif premier du Fonds vert. Rappelons que le gouvernement du Québec :

  • Se positionne comme leader de la lutte aux changements climatiques avec la cible de réduction de GES la plus ambitieuse au Canada;
  • s’est doté d’une politique énergétique à l’horizon 2030 (qui met à l’avant-plan une transition énergétique et une économie sobre en carbone);
  • veut réduire de 40 % la quantité de produits pétroliers consommés sur son territoire d’ici 2030 et augmenter de 25 % la production totale d’énergies renouvelables actuelle pour la même période.

UNE PLUS GRANDE TRANSPARENCE ET UN GRAND MÉNAGE FISCAL SONT DE MISE

« Cette étude démontre qu’il n’y a pas que le gouvernement fédéral qui doit faire du ménage dans ses subventions et son système fiscal afin de maximiser d’une part la lutte aux changements climatiques, et d’autre part la réduction de notre dépendance aux hydrocarbures. De plus, le gouvernement du Québec doit cesser tout investissement qui encourage la consommation d’hydrocarbures via ses sociétés d’État » a déclaré Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre.

« La compilation de ces données a été complexe, avec le manque d’information détaillée autour des sommes investies par le gouvernement du Québec dans la consommation et le développement des hydrocarbures. Une reddition de comptes plus transparente et globale assurerait un meilleur suivi annuel des dépenses de l’État et de ses mandataires effectuées dans les hydrocarbures, et est de mise face aux contribuables québécois » explique Yanick Touchette, conseiller en politiques, Énergie, I’Institut international du développement durable (IISD).

Le rapport démontre que la grande majorité des subventions ne sont pas, comme c’est le cas pour le gouvernement fédéral, destinées à la production d’hydrocarbures en sol québécois, mais bien des subventions à la consommation.

« Nous croyons que, comme le Canada qui s’est engagé à le faire au G20 et au G7, le Québec devrait éliminer l’ensemble de ces subventions d’ici 2025 » a ajouté M. Guilbeault. « Que Québec veuille appuyer les communautés éloignées, encourager les secteurs de l’agriculture ou des transports collectifs est possible et souhaitable, mais cela ne doit pas se faire en favorisant la consommation d’hydrocarbures. Même s’il est vrai que le Québec est l’une des provinces avec la taxe sur l'essence la plus élevée au pays, la lutte aux changements climatiques nécessite que l’on réduise la consommation de toutes les énergies fossiles; une transition de l’une vers l’autre n’est tout simplement plus suffisante. D’autres politiques peuvent être utilisées pour atteindre les même objectifs socioéconomiques » conclut M. Guilbeault.

UN SIGNAL MONDIAL QUE LE QUÉBEC DOIT SUIVRE

Alors que les marchés désinvestissent des hydrocarbures au niveau mondial, Équiterre demande au gouvernement :

  • De publier, avant le budget provincial de 2019, la liste complètes et les montants associés, de toutes les subventions octroyées par le gouvernement du Québec aux hydrocarbures;
  • de publier un plan de travail et un échéancier, avant le budget provincial de 2019, pour éliminer toutes les subventions aux hydrocarbures au Québec d’ici 2025;
  • que le Fonds vert ne serve plus à financer le secteur des hydrocarbures dès maintenant.

Pour consulter le rapport
Pour consulter les faits saillants du rapport

 - 30 -

Pour information :

Camille Gagné-Raynauld, Relations médias, Équiterre
cgraynauld@equiterre.org, 514 605-2000