Skip to Content

Code de gestion des pesticides

Le Code de gestion des pesticides, adopté le 3 avril 2003, vise à encadrer l'usage et la vente des pesticides à des fins esthétiques au Québec. Première réglementation du genre en Amérique du Nord, elle interdit la vente et l'utilisation des 20 ingrédients actifs considérés comme les plus dangereux et qui se retrouvent dans environ 200 produits commerciaux pour les pelouses et platebandes des terrains publics, parapublics, municipaux, privés et commerciaux. Certains espaces, comme les terrains de golf, et quelques pesticides à faibles impacts sont cependant exclus de la législation.

Histoire

Le Code de gestion des pesticides est fondé sur les recommandations et les faits établis dans le rapport Pour la protection de la santé et de l'environnement, la gestion environnementale en milieu urbain (1), réalisé par le Groupe de réflexion sur les pesticides en milieu urbain. Il y était notamment énoncé que « la quantité de pesticides vendus en milieu urbain est en croissance constante au Québec. Le très grand choix de produits constitue un risque, autant pour les utilisateurs non initiés à leur danger potentiel que pour leur famille et leur entourage ».

Impact

Après quelques années d'application, le Code de gestion des pesticides a eu une influence positive dans les pratiques horticoles, même si beaucoup de travail reste à faire. Selon un sondage effectué par CROP en 2007 pour le compte d'Équiterre, 86% des Québécois savaient que l'utilisation des pesticides à des fins ornementales est interdite au Québec. Aussi, un plus grand nombre pensait que les pesticides représentent un danger pour la santé et l'environnement, et qu'il est possible d'obtenir des résultats satisfaisants sans avoir recours aux pesticides chimiques (2). Équiterre et la Fondation David Suzuki ont réalisé, en 2008, un bilan du Code de gestion des pesticides analysant les résultats obtenus à la suite de son application et émettant des recommandations pour en améliorer l'efficacité et la portée (3).

Sources:

(1) Groupe de réflexion sur les pesticides en milieu urbain, mars 2002, page 14.
(2) Équiterre, Horticulture ornementale écologique : connaître le consommateur pour orienter les décisions, 2008.
(3) Équiterre et Fondation David Suzuki, Couper l'herbe sous le pied des pesticides. Analyse du Code de gestion des pesticides du Québec et recommandations pour une réglementation provinciale efficace, 2008.

Pour en savoir plus:

Code de gestion des pesticides