Skip to Content

Tous les détails sur les fleurs équitables

Les fleurs certifiées équitables font leur apparition au Canada en 2004. En 2009, 46 organisations de producteurs sont certifiées équitables en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Les fleurs sont uniquement produites en plantation. Il n'existe donc pas de coopératives dans ce secteur. Privilégier l'achat de fleurs équitables est bénéfique pour les producteurs et l'environnement.

Des petites productions face à un vaste marché

Plus de 60% du commerce international des fleurs passe par des enchères florales aux Pays-Bas, le marché d'Aalsmeer étant le plus connu (1).

En 2003, l'industrie florale mondiale valait plus de 100 milliards $US. Les deux pays producteurs les plus importants sont la Colombie et le Kenya.

L'industrie florale prend souvent place dans des régions où l'agriculture à petite échelle est menacée, ce qui permet d'avoir accès à une main-d'œuvre issue du nombre croissant de travailleurs ruraux sans terre.

Agression de l'environnement

Puisque les importateurs exigent des fleurs impeccables, le recours aux pesticides, fongicides et engrais chimiques est plus élevé dans l'industrie florale que dans tout autre secteur agricole. En Colombie, on utilise 200 kg de pesticides par hectare, soit 75 fois plus que dans l'agriculture traditionnelle dans les pays industrialisés (2).

Les travailleurs sont rarement protégés de manière adéquate et, par conséquent, ils souffrent d'affections reliées à l'utilisation des pesticides: maux de tête, nausées, troubles de la vue dont des conjonctivites, asthme, mort prématurée des bébés, fausses couches, malformations congénitales, urticaire, problèmes respiratoires et neurologiques, etc.

Condition des travailleurs et des travailleuses

Les employés travaillent jusqu'à 60 heures par semaine et, selon une étude d'Oxfam, les entreprises font tout pour empêcher leur syndicalisation (2).

Entre 60% et 75% des travailleurs dans les plantations florales sont des femmes (2). Ces dernières sont souvent victimes de discrimination salariale et de harcèlement sexuel au travail.

Au Kenya, un travailleur peut recevoir aussi peu que 1,65$US par jour (3). En Équateur, les travailleurs sont payés en moyenne 150$US par mois (4). Le travail des enfants et la fumigation excessive sont pratiques courantes.

Sources:

(1) Cut Flower Exports of Africa
(2) Transfair
(3) Learning Africa
(4) Amy Stewart, Flower Confidential