Skip to Content

En direct de la Scandinavie : des nouvelles de la boursière Laure Waridel!

boursiereimage_-_copie_448x216.png

Chère communauté Équiterre, en tant que lauréate de la bourse Laure Waridel de cette année, il me fait plaisir de vous partager les grandes lignes de mes activités des derniers mois.

Un stage au Stockholm Resilience Centre de Stockholm

De mars à juin, j’ai eu la chance de faire un stage au Stockholm Resilience Centre situé à Stockholm, en Suède. Ce centre de recherche interdisciplinaire sur le développement durable se spécialise sur la notion de résilience, qui est pertinente pour la réalisation de mon doctorat sur l’écosystème marin et les services écosystémiques (par exemple, les pêcheries) de l’Arctique canadien. La résilience est la capacité d’un système, la biosphère par exemple, à absorber les chocs tout en continuant à se développer durablement. Son étude permet le développement de connaissances et d’outils pour renforcer la résilience des systèmes naturels et humains face aux pressions environnementales, tels les changements climatiques. La résilience favorise l’innovation et la transformation de nos systèmes vers des modèles plus écologiques et durables.


Autobus suédois alimenté aux biocarburants, dont une large partie est issue de la conversion de déchets et de résidus locaux.
© Marianne Falardeau-Côté

Transport en commun par bateau à Stockholm.
© Marianne Falardeau-Côté

 

Stockholm : exemple d’une transition énergétique efficace

Le réseau de transports en commun de la ville de Stockholm m’a impressionnée et il constitue d’ailleurs un excellent exemple de transformation vers un système durable et résilient. En effet, Stockholm se démarque par un réseau de transports en commun diversifié et très bien desservi incluant autobus, tramways, trains locaux, lignes de métro et traversiers. La grande majorité des autobus de la ville roulent aux biocarburants, dont une large partie est issue de la conversion de déchets et de résidus locaux. L’objectif de la ville est d’avoir un réseau de transports en commun basé sur des énergies renouvelables à 90 % en 2020 et à 100 % en 2030. En 2013, ils ont déjà dépassé l’objectif du 90 % renouvelable et ils sont sur la bonne voie pour atteindre le 100 % bien avant 2030 ! Voilà ce qu’on appelle une transition énergétique efficace !


Gamla stan, le vieux centre-ville de Stockholm.
© Marianne Falardeau-Côté

L’objectif de mon stage au Stockholm Resilience Centre était d’apprendre une technique de modélisation participative, soit l’approche par scénarios. Cette approche vise au développement de scénarios du futur qui présentent les impacts de différentes pressions environnementales sur les écosystèmes ainsi que leurs implications sociétales. Je mènerai un atelier de modélisation participative par scénarios au Nunavut l’hiver prochain dans le cadre de la réalisation de mon doctorat et ce stage m’a permis d’en jeter les bases. Ces scénarios futurs porteront sur l’environnement marin arctique du Nunavut dans un contexte de changements rapides.
 

Séjour dans l’Arctique finlandais et atelier international

Dans le cadre de mon stage en Suède, j’ai également participé à un atelier international par scénarios mené dans le cadre du projet d’envergure « Seeds of Good Anthropocenes ». L’exercice se voulait très innovateur et combinait les perspectives de scientifiques, d’artistes et de professionnels issus de différents milieux afin de projeter l’avenir du Nord de l’Europe.

De plus, j’ai réalisé un court séjour dans l’Arctique finlandais afin de visiter un centre de recherche arctique interdisciplinaire réputé, l’Arctic Centre, ou Arktikum. J’ai pu y présenter ma recherche portant sur l’Arctique canadien et en apprendre davantage sur les recherches menées dans l’Arctique européen et russe. Ce fût une opportunité unique de rencontrer des chercheurs interdisciplinaires combinant leurs efforts autour de l’étude de l’Arctique.


Rovaniemi, aux portes de l’Arctique finlandais.
© Marianne Falardeau-Côté

Lac de l’Arctique finlandais.
© Marianne Falardeau-Côté

 


Présentation de ma recherche au Arctic Centre, un centre de recherche arctique interdisciplinaire basé en Finlande.
© Marianne Falardeau-Côté

PUBLICATION SCIENTIFIQUE SUR L’EXPANSION NORDIQUE D’UNE ESPÈCE DU PACIFIQUE

Finalement, j’ai récemment publié avec trois collègues un article scientifique dans le journal Polar Biology intitulé « First records of Pacific sand lance in the Canadian Arctic Archipelago » (« Premières observations de lançons du Pacifique dans l'archipel arctique canadien », traduction libre). Dans cet article, nous démontrons que le lançon du Pacifique, une espèce de poisson normalement distribuée dans l’Océan Pacifique, s’est établie dans l’archipel arctique canadien au courant des dernières années. En effet, de nombreuses espèces marines migrent vers le Nord en réponse au réchauffement des océans globaux et se retrouvent désormais dans l’Océan Arctique. Les résultats que nous présentons sont issus d’échantillonnages biologiques réalisés à bord du brise-glace de recherche scientifique NGCC Amundsen entre 2011 et 2016 ainsi que d’entrevues que j’ai menées avec des pêcheurs Inuit locaux. L’invasion du lançon du Pacifique dans les eaux arctiques pourrait avoir des conséquences sur l’ensemble de l’écosystème marin puisque cette espèce pourrait entrer en compétition avec les poissons arctiques et potentiellement les remplacer dans le régime alimentaire des mammifères et des oiseaux marins de l’Arctique.

 

De retour au Canada...et la suite!

 Je suis maintenant de retour à Montréal pour continuer mes travaux de recherche doctorale à l’Université McGill. Au courant de l’été, j’animerai un atelier dans un camp de jour, le Camp de l’Île, pour aider les jeunes à se familiariser avec la faune et la flore marine de l’Arctique ainsi qu’à l’importance de maintenir des écosystèmes nordiques en santé. Je prépare également un atelier de vulgarisation scientifique que je présenterai dans différentes écoles du Québec cet automne.

Pour plus d’information sur mon projet ou pour visionner ma vidéo de présentation, rendez-vous sur ma page sur le site internet d’Équiterre ou sur mon blogue.

Je vous tiendrai au courant de mes prochaines activités. Bon été !

Marianne Falardeau-Côté