Skip to Content

Règlementation des pesticides au Québec : des bonnes nouvelles!

718-600.jpg

Équiterre et la Fondation David Suzuki saluent une avancée importante dans la règlementation des pesticides et pour la santé de la population, des pollinisateurs et de l’environnement, à la suite de l’annonce aujourd’hui par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC).

S’attaquer aux pesticides les plus dangereux, une bonne approche

Le MDDELCC souhaite ainsi s’attaquer aux 5 pesticides les plus dangereux en milieu agricole, en interdisant l’atrazine, le chlorpyrifos et trois néonicotinoïdes (le clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame), ainsi que la mise en terre des néonicotinoïdes en enrobage des semences de certaines cultures. Ces pesticides sont parmi les plus nocifs pour la santé de la population, des pollinisateurs et de l’environnement.

Nous saluons de même la volonté de la ministre Isabelle Melançon d’introduire avant la fin du mandat du gouvernement des incitatifs économiques pour favoriser l’utilisation des pesticides les moins à risque, de prévoir les sanctions applicables en cas de non-respect des exigences réglementaires et de restreindre l’application des pesticides en milieu urbain.

Pour nos organisations, qui militent depuis des années pour une interdiction totale des pesticides les plus dangereux, l’initiative du MDDELCC est un signal encourageant quant à la mise en œuvre d’une transition longuement attendue vers une agriculture libérée des pesticides, et plus respectueuse de la santé de la population et de l’environnement. Un resserrement nécessaire, surtout face au laxisme fédéral dans le dossier des pesticides.

Transparence et vigilance

Équiterre et la Fondation David Suzuki continueront d’être vigilantes afin de s’assurer que la prescription de ces pesticides par des agronomes ne devienne pas la norme plutôt qu’une mesure de dernier recours. Pour ce faire, elles participeront notamment activement à un comité de suivi mis sur pied par le MDDELCC, aux côtés du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, de l’Ordre des agronomes du Québec et de l’Union des producteurs agricoles.

MISE À JOUR - 26 février 2018 : Une nouvelle étude d’envergure mondiale effectuée par le Groupe de travail sur les pesticides systémiques (200 études analysées) a été publiée dans le journal scientifique Environmental Science and Pollution Research le 26 février. La conclusion est que les pesticides néonicotinoïdes ne sont pas aussi efficaces qu'on le croyait, qu'ils sont inutiles dans la grande majorité des cas et des alternatives aussi efficaces et moins coûteuses pour les agriculteurs existent. Lire l'article d'Équiterre et l'article de Radio-Canada sur le sujet.

Pour en savoir plus sur cette sortie et consulter des ressources pertinentes sur les mythes de la nécessité de l’utilisation des pesticides en agriculture :

RESSOURCES UTILES :