Skip to Content

Changements climatiques : les profits des sables bitumineux ne changent en rien les préoccupations environnementales des Québécois

Montréal, le 17 février 2010 – Selon un récent sondage réalisé pour le compte de Défense Environnementale et Équiterre, la majorité des Québécois sont moins portés à voter pour le Parti Conservateur en raison de ses politiques en matière de changements climatiques. Le sondage a aussi démontré que l’opposition aux sables bitumineux demeure élevée malgré la nomination d’un ministre québécois à la tête du ministère des Ressources naturelles, en charge du dossier. Il semble aussi que pour les gens interrogés, les profits générés par l’industrie des sables bitumineux ne justifient pas une augmentation de la pollution causant les changements climatiques.

« Pour les Québécois, les profits des sables bitumineux ne sauraient acheter leurs préoccupations envers les changements climatiques », explique Gillian McEachern de Défense Environnementale. « Il est évident qu’ils ne se laisseront pas berner en supportant des politiques qui encouragent le développement des sables bitumineux; le gouvernement doit donc poser des gestes concrets pour réduire la pollution reliée au réchauffement climatique et acquérir une crédibilité dans ce domaine », ajoute-t-elle.

Parmi les résultats du sondage:
- 52% des Québécois sont moins enclins à voter pour le Parti Conservateur en raison de ses politiques en changements climatiques.
- 43% des Québécois indiquent que la nomination d’un Québécois au ministère des Ressources naturelles ne change en rien leur opinion à l’égard des politiques du gouvernement en place et qu’ils sont toujours en désaccord avec la croissance et le développement des sables bitumineux. Seulement 10% des répondants ont indiqué que cette nomination avait modifié leur opinion de manière favorable.
- 56% des Québécois sont en désaccord avec une augmentation des émissions provenant des sables bitumineux malgré l’argent reçu de la part de cette industrie par la péréquation, tandis que 27% des répondants sont en accord.

« Les résultats de ce sondage montrent une fois de plus que l’environnement est une réelle préoccupation pour les Québécois, même en situation économique plus difficile. Les Québécois ne veulent rien savoir des sables bitumineux parce qu’ils réalisent les impacts que cette industrie a sur l’environnement », explique Hugo Séguin d’Équiterre.

Ce sondage est rendu public à la suite de plusieurs mois de turbulences dans les relations entre le Québec et le Canada sur les questions de politiques climatiques. Le Premier ministre Charest a été très critique à l’endroit du gouvernement fédéral quant à son inaction à réduire les émissions de GES et à lutter contre les changements climatiques. Le ministre de l’Environnement du Canada, Monsieur Jim Prentice, a quant lui qualifié la politique québécoise sur la norme des émissions des véhicules d’un « exemple de pure sottise ».

Pour les résultats complets du sondage en français
Pour un résumé en anglais

-30-

Source :
Jennifer Foulds, Environmental Defence, (416) 323-9521
Eveline Trudel-Fugère, Équiterre, (514) 605-2000