Skip to Content

Se mettre au bio : pour la santé et pour le plaisir!

Actu - Se mettre au bio

Les consommateurs font de plus en plus attention à ce qu’ils mettent dans leur assiette, souvent pour des raisons de santé. Et quand il est question de santé, le bio est rarement très loin. Et avec raison!

(Crédit photo : Léonie Rouette Tétreault)

De nombreuses études démontrent que les consommateurs d’aliments biologiques présentent moins de résidus de pesticides et de métaux que ceux ayant une alimentation conventionnelle. Récemment, une étude de l'Institut Rodale a affirmé que la production biologique offrait des rendements équivalents au conventionnel, sans avoir recours aux engrais et aux pesticides de synthèse. Plus encore, une étude des chercheurs de Newcastle University en Angleterre relève des différences importantes entre le bio et le non-bio quant à leur teneur en antioxydants. Selon leur étude, la version bio fournit des apports plus intéressants. D’ailleurs, choisir des fruits et des légumes biologiques serait l’équivalent à ajouter 1 ou 2 portions aux 5 portions recommandées à chaque jour. Ce n’est pas rien!

Pourquoi manger bio?

Au delà des études, il y a une foule de raisons pratico-pratiques d’adopter le bio :

La plus simple : pour le plaisir de nos papilles! Les fruits et légumes biologiques, de préférence locaux, offrent une qualité et une fraîcheur difficiles à battre. Les produits bio ont également toutes les chances de goûter leur terroir d’origine et d’offrir des arômes et des textures spécifiques qui peuvent nous surprendre.

Pour contribuer à l’économie locale. Au Québec, chaque dollar dépensé pour des produits biologiques d’ici est injecté directement dans notre économie, dans nos communautés rurales et fait vivre des fermes québécoises qui ont à cœur un mode de production sain. Et ça progresse : en 2013 on comptait 1316 entreprises certifiées biologiques alors qu’il y a 10 ans, ce chiffre se limitait à 945.

Pour avoir un impact social positif. Produire en mode bio repose sur des valeurs partagées largement. Parmi elles, la protection de l’environnement. Selon le Rodale Institute, l’agriculture biologique permet de réduire de 45 % la consommation d’énergies fossiles par rapport à l’agriculture conventionnelle, contribuant de manière significative à la lutte aux changements climatiques.

Parce que c’est un choix environnemental. La culture biologique permet de préserver la fertilité des sols et la biodiversité tout en limitant l’érosion. À l'inverse, les engrais chimiques peuvent polluer les nappes phréatiques, et les pesticides nuisent aux prédateurs et aux insectes pollinisateurs (abeilles, papillons, etc.), indispensables à la reproduction des plantes.

Parce que le bio, c’est encadré! N’est pas bio qui veut, même pas les produits prétendus « naturels ». Au Québec, la règlementation est plus sévère qu’aux États-Unis et que dans le reste du Canada et relève d’un organisme de règlementation indépendant, le CARTV (Conseil des appellations réservées et des termes valorisants du Québec) qui veille à l’intégrité de l’appellation biologique. On peut donc être rassurés quant au sérieux de la certification biologique et consommer des légumes, fruits et viandes en ayant l'esprit tranquille!

Pour la santé de votre famille, mais aussi pour celle des producteurs eux-mêmes. Au-delà de notre santé, l’agriculture biologique contribue aussi à protéger la santé des travailleurs agricoles. Il y a un effet démontré entre l’exposition aux pesticides et aux herbicides et les risques de cancer accrus. Or, notre santé commence par celle des gens qui nous nourrissent.

Gare aux pesticides!

Dans le mot pesticide, il y a « pest » (insecte) et il y a « cide » (tuer) ce n’est pas pour rien. Les pesticides sont des produits chimiques utilisés pour tuer des herbes ou des insectes indésirables. Mais ce qui est mauvais pour une plante ou une chenille, l’est souvent aussi pour un autre insecte, un oiseau ou un petit mammifère. Quant aux effets sur la santé humaine, la littérature scientifique suspecte plusieurs effets indésirables sur le cerveau, le système nerveux et le système reproducteur. C’est pourquoi en agriculture biologique, les produits de synthèse (pesticides et fertilisants) et les semences génétiquement modifiées sont interdits.

Il y a d’ailleurs une prise de conscience grandissante quant aux effets nocifs des pesticides, surtout des néonicotinoïdes, jugées responsables du déclin des colonies d’abeilles. Le gouvernement de l’Ontario est déjà passé à l’action en adoptant un règlement qui vise à réduire de 80 % l'utilisation des néonicotinoïdes d’ici 2017. Même des entreprises ont emboîté le pas! C’est le cas de Rona, qui donne l’exemple et encourage ses fournisseurs en végétaux à en diminuer l’utilisation. Au Québec, il nous reste encore du chemin à faire, demandez à nos élus d'interdire ces pesticides!

Les paniers bio, une solution de choix

Si vous cherchez un moyen simple et efficace d’ajouter des aliments bio dans vos assiettes, ne cherchez plus et essayez les paniers bio :

• Votre fermier de famille vous livre chaque semaine ou aux deux semaines des légumes et fruits de saison, fraîchement récoltés.
• Vous avez la possibilité d’échanger des items du panier ou de prendre vos légumes dans un étal comme au marché.
• Si vous partez en vacances, vous pouvez suspendre la livraison pendant votre absence.
• Il est également possible de commander de la viande certifiée bio.
• Certaines fermes offrent des produits spéciaux sur place (oeufs, fines herbes, miel et autres produits transformés).
• Ne soyez pas surpris si votre fermier vous conseille des recettes pour cuisiner de bons plats ou pour congeler vos légumes, fruits et plats cuisinés pour la saison froide! Personne ne s’y connaît mieux que lui.
• Si la formule vous plaît, vous pouvez poursuivre l’expérience avec les paniers d’hiver offerts par certaines fermes du réseau.

Pour vous inscrire, rendez-vous sur paniersbio.org pour choisir parmi plus de 500 points de livraison au Québec et trouver celui le plus près de chez vous ou de votre travail. Faites vite, les places sont limitées.

Quelques astuces pour adopter le bio au quotidien

• Vous souhaitez manger à l’extérieur mais pensez que c’est mission impossible? Pourtant, de plus en plus de restaurants le proposent.
• Tenez-vous loin des « 12 salopards », ces fruits et légumes qualifiés de champions des pesticides.
• Vous avez le pouce vert? Apprenez à cultiver votre propre jardin écologique en choisissant des semences bio ou ancestrales, en vente chez plusieurs semenciers québécois (la ferme TourneSol, la Société des plantes, les Jardins de l’écoumène, Mycoflor).

Bon bio à tous!

cueillette de panier bio et moteur au ralenti

Je suis toujours consternée quand je vais chercher mon panier et que je vois qu'un partenaire laisse sa voiture rouler le temps qu'il prenne son panier. Pourtant , comme vous l'exprimez, c'est aussi un choix écologique.