Skip to Content

Au fédéral et au provincial, Équiterre exige des budgets centrés sur le climat

actu_budget_calendrier_mars3_2.jpg

Pour limiter la portée et les impacts de la crise climatique, l’année 2020 sera déterminante, au Québec et au Canada. Elle marque le début d’une décennie de la transition, qui devra se solder en 2030 par une réduction de moitié de nos émissions de gaz à effet de serre (GES).

Les défis sont importants et les investissements requis pour les relever le sont tout autant.

Les cibles respectives de réduction de GES du Québec et du Canada sont actuellement insuffisantes. Comme l’ont déclaré les scientifiques du GIEC, pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C il faut modifier rapidement, radicalement et de manière inédite tous les aspects de la société. Pour se mettre sur la bonne voie, des budgets qui priorisent l’environnement et qui financent les stratégies nécessaires sont essentiels.

Pendant le mois de mars, les gouvernements provincial et fédéral vont dévoiler leurs nouveaux budgets. Pour assurer qu’ils soient à la hauteur de la crise climatique et que les gouvernements se donnent les moyens pour réaliser leur ambition climatique, Équiterre s’est impliqué dans les processus de préparation. Notre équipe des politiques publiques a soumis et a présenté des recommandations pendant les consultations pré-budgétaires au provincial et au fédéral. Parmi les sujets abordés : le transport, l’agriculture, les subventions aux énergies fossiles, la transition énergétique. Voici un aperçu global de nos demandes :

Accélérer la décarbonisation des transports collectifs et individuels

Le transport est responsable de 43 % des GES au Québec et de 24 % au Canada. Des stratégies pour appuyer et encourager électrification des transports collectifs et individuels peuvent grandement aider à diminuer l’impact environnemental des transports. De plus, des initiatives qui favorisent un sain aménagement du territoire et la consommation responsable pourraient faire en sorte de réduire nos besoins en transport, et donc également contribuer de façon significative.

Transformer les subventions aux énergies fossiles en projets d’avenir

La cohérence des choix budgétaires est essentielle dans une période de transition vers des choix environnementaux et écologiques. Or, le Canada et le Québec continuent de subventionner la production et la consommation d’énergies fossiles. L’élimination de ces subventions aiderait non seulement à la sortie des hydrocarbures et donc la réduction des GES, mais libérerait ces fonds publics pour investissement dans des projets d’avenir.

Appuyer nos agriculteurs dans la régénération et la protection des sols et dans la réduction de l’empreinte carbone du secteur

Les stratégies pour augmenter et maintenir des sols en santé sont l’un des moyens les plus importants pour réduire les GES issus des cultures agricoles et également pour renforcer la résilience des fermes. Les producteurs agricoles sont parmi les premiers à éprouver les impacts de plus en plus marqués des changements climatiques. Ils ont besoin de soutien et d’encouragement dans leurs efforts de rendre leurs opérations plus résilientes et plus durables.

Préparer la société pour la transition énergétique avec un plan de transition juste

Les gouvernements doivent appuyer la multiplication des espaces et forums de discussion pour créer un véritable dialogue national dans les différentes régions de la province et du pays sur ce que ressemblerait un futur décarbonisé. Les emplois dans le secteur des énergies fossiles sont non seulement affectés par la transition énergétique liée à l’adaptation aux changements climatiques, mais aussi par l’incertitude liée au prix du baril de pétrole canadien et l’automatisation des emplois dans ce secteur. Voilà pourquoi il est important de se doter d’un plan de transition juste pour assurer que l’ensemble de la société soit préparée aux coûts et aux co-bénéfices des changements amenés par la transition énergétique.

Nous ne pouvons plus repousser à demain nos obligations et responsabilités.

En 2020, c’est l’heure de prendre action et de faire les bons choix pour devenir les leaders environnementaux de demain. Les orientations budgétaires et les investissements provinciaux et fédéraux pour l’année à venir doivent refléter l’état d’urgence climatique actuel.

Équiterre suivra les annonces sur les budgets et continuera de travailler pour s’assurer que la crise climatique soit prise en considération dans toutes les décisions gouvernementales.

Vous avez un rôle à jouer!

Plusieurs groupes environnementaux au Canada ont préparé un courriel avec les demandes majeures en matière d’environnement pour le budget fédéral 2020, que vous pouvez envoyer au gouvernement. Si le gouvernement ne prévoit pas l’argent maintenant pour le climat et l’environnement, les citoyens auront beau demander des mesures environnementales, le financement ne sera pas au rendez-vous. Pour voir le courriel »»

Flux d'information :