Skip to Content

Le bio, toujours une valeur sûre

Actu - Le bio, toujours une valeur sure

Récemment, l’actualité a fait des vagues dans le monde du bio, faisant écho jusqu’à nous, défenseurs des nombreux avantages de choisir bio. En effet, un reportage publié par Radio-Canada nous apprenait que près de la moitié des fruits et légumes biologiques testés par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) présentent des traces de pesticides. Ces révélations sont inquiétantes quand on sait qu’une des premières motivations à choisir des aliments bio est la santé.

Pour la majorité des gens (et avec raison), pesticides et santé ne riment pas ensemble!
Les études scientifiques sont de plus en plus éloquentes quant aux impacts potentiels sur la santé de plusieurs pesticides utilisés couramment en agriculture.

Y a t-il vraiment lieu de remettre le bio en question? À notre avis non et voici pourquoi. D’emblée, dans le reportage, plusieurs éléments portent à confusion dans la manière dont les résultats des tests menés par l’ACIA ont été communiqués. Des imprécisions quant à la provenance des aliments (1/5 cultivés au Canada) , les pesticides ciblés (naturels ou de synthèse, tous ne sont pas égaux), l’échantillonnage, etc., ne mènent pas à une conclusion claire.

Il faut savoir qu’au Québec, contrairement au reste du Canada, nous avons la chance d’avoir le Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV) qui garantit une norme unique pour certifier les produits québécois. Dans le reste du Canada les entreprises peuvent affirmer que leurs produits sont bio sans avoir à rendre des comptes à une telle entité.

Concernant la présence de pesticides dans les produits certifiés biologiques, il importe de nuancer. Depuis l’ère industrielle, les pesticides sont omniprésents dans notre environnement. En agriculture, il s'avère quasi-impossible d'isoler les cultures biologiques en champ des productions voisines conventionnelles, bien que des zones tampons sont prévues en bio. Vouloir offrir au consommateur des aliments totalement exempts de pesticides compte tenu des risques de dérives des épandages dans les environs s’avère périlleux. Dans ce cas-ci, on ignore si les contaminations dont fait état l’ACIA sont dues à des contaminations fortuites comme par exemple lors du transport et de l’entreposage.

En revanche, la certification biologique assure la plus faible présence de ces résidus à des teneurs les plus basses possibles, un principe de base appliqué en tout temps. Par dessus tout, ce mode de production assure de bonnes pratiques environnementales telles que de minimiser l’érosion du sol, réduire la pollution de l’eau et de l’air, maintenir la biodiversité des écosystèmes, recycler les matériaux et ressources, préserver la santé et les besoins des animaux, l’utilisation de ressources renouvelables, etc. Choisir bio est donc un choix de société ayant des répercussions collectives bien plus larges que sa santé individuelle. C’est pourquoi la certification biologique est si importante!

Rappelons que plusieurs avancées du bio démontrent que l’industrie se porte bien et rallie l’intérêt. En France, un projet de loi qui privilégie l’agriculture biologique vient d’être adopté par le Parlement. Plus près de nous, Aliments du Québec a créé le logo Aliments bio du Québec et Aliments bio préparés au Québec, tandis qu'à lui seul, le réseau de Fermiers de famille d'Équiterre, qui offre des paniers de légumes biologiques, locaux et de saison, nourrit 35 000 individus et génère des retombées de 5 millions de dollars chaque année. Des gains importants qui annoncent des impacts positifs sur l’environnement. Oui, le bio local se porte bien et rassemble de plus en plus d’adeptes.

Joignez-vous au mouvement en encourageant le bio québécois!