Skip to Content

Réduction à la source pour la gestion des matérielles résiduelles

garbage-2729608_960_720.jpg

Dans le cadre des consultations de la Communauté métropolitaine de Montréal
(CMM)
sur la révision du Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles (PMGMR), Équiterre a déposé un mémoire à ce sujet, qui sera présenté par notre directrice générale par intérim, Colleen Thorpe, le 17 mai. Préoccupé par la surconsommation qui compromet les efforts de transition vers une économie sobre en carbone, Équiterre croit que la révision du PMGMR est une opportunité pour la CMM de se doter d’un plan plus ambitieux.

Le mémoire, La réduction à la source comme ligne directrice des actions et projets à venir sur le territoire de la Communauté métropolitain de Montréal, propose 13 recommandations qui visent notamment la sensibilisation et la participation citoyenne pour réduire les matières résiduelles à la source, dont la question du bannissement des objets à usage unique.

« Un changement de paradigme doit se faire, et il passe par la réduction à la source », affirme Mme Thorpe. « En 10 ans, la génération de matières résiduelles par personne a diminué de seulement 4 %. C’est trop peu, dans le contexte où les impératifs de la transition écologique ne laissent d’autres choix que d’agir rapidement. »

UNE CONSULTATION MUNICIPALE SUR UN ENJEU D’IMPORTANCE GLOBALE

La gestion des matières résiduelles (GMR) fait partie des enjeux rattachés à la transition écologique, tant en ce qui a trait à la révision des modes de consommation pour réduire à la source qu'au développement d'alternatives permettant de moins générer de déchets. En plus d'avoir un impact sur l'utilisation des ressources, la GMR est directement liée aux émissions de gaz à effet de serre. En 2016, l'enfouissement et l'incinération des déchets représentaient 6,2 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) au Québec. C'est sans compter le transport et les activités commerciales liées à la surconsommation, qui ont également une incidence sur les GES.

« Les changements d'habitudes au niveau de la réduction à la source ont un fort potentiel pour accroître la résilience et réduire les émissions de GES, cohérent avec les engagements climatiques auxquels ont adhéré de nombreuses municipalités du Québec », constate Mme Thorpe. « La CMM doit travailler, en collaboration avec les municipalités et le gouvernement provincial à accroître la résilience des systèmes de récupération, en mettant à l’avant-plan des objectifs ambitieux en réduction à la source », conclut-elle.

PÉTITION SUR LA CONSIGNE

Par le biais d’une pétition actuellement en ligne, Équiterre et ses partenaires tentent d’accentuer la pression sur le gouvernement du Québec afin qu’il prenne les mesures nécessaires pour détourner les contenants de verre, de plastique et les canettes en aluminium de la collecte sélective au profit de la consigne en commençant sans délai par les bouteilles vendues par la SAQ.