Skip to Content

Voir plus loin que les dirigeants nationaux dans la lutte contre les changements climatiques

industriefumee_2018_448x216.jpg

Alors que s’achève un été parmi les plus chauds que nous ayons connus et que l’on perçoit un pessimisme notable à l’égard des questions climatiques, des citoyens du monde entier se sont réunis cette semaine à l’occasion du Sommet mondial d’action pour le climat pour déclarer que non, nous ne pouvons et n’allons pas abandonner la lutte contre les changements climatiques.

Sous la menace imminente de dommages catastrophiques associés aux changements climatiques, l’absence de leadership en matière de climat aux États-Unis a impulsé un nombre considérable d’actions d’autres milieux — des citoyens et des organisations qui font bouger les choses, que ce soit dans le cadre d’une volonté politique ou à l’extérieur de celle-ci. Ce sommet sur le climat se distingue par la participation de responsables de tous les ordres de gouvernement aux côtés d’entreprises, d’organismes sans but lucratif (dont Équiterre), de même que de membres de la société civile et d’étudiants, démontrant ainsi le dynamisme et la vitalité de l’action ascendante dans la lutte contre les changements climatiques.

Le Sommet mondial d’action pour le climat s’est tenu de façon stratégique à mi-chemin entre la Conférence de Paris de 2015 et 2020; il visait à mobiliser les acteurs environnementaux et à les inspirer à faire pression sur les gouvernements nationaux pour qu’ils adoptent des plans d’action climatique plus ambitieux. Dans une déclaration qu’il a faite plus tôt cette semaine, António Guterres, secrétaire général de l’ONU, a prévenu que « si nous ne changeons pas d’orientation d’ici 2020, nous risquons (...) des conséquences désastreuses pour les humains et les systèmes naturels qui nous soutiennent ».

Espoir

Les citoyens font entendre leur voix, et gagnent des batailles aux échelons local et régional dans la lutte contre les changements climatiques; on peut citer à titre d’exemple la récente victoire judiciaire de plusieurs groupes des Premières Nations qui retardera considérablement le projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain. Les fonds publics canadiens, qui ont tout de même été réservés pour l’acquisition et l’expansion de l’oléoduc, ainsi que les subventions fédérales et provinciales au secteur pétrolier et gazier, nous placent en ligne droite sur la voie de l’accélération de l’apparition de conséquences néfastes associées aux changements climatiques, entravant ainsi les efforts de nos gouvernements relativement à l’action climatique.

Équiterre et d’autres organisations environnementales s’efforcent depuis plusieurs années de tenir le gouvernement fédéral responsable de sa promesse d’éliminer graduellement les subventions aux combustibles fossiles. Notre voix collective, renforcée par celle de nos appuis, retentit puissamment, et nous avons accompli des progrès. Il reste toutefois beaucoup à faire pour que notre pays s’affranchisse progressivement de la dépendance aux combustibles fossiles. Les économistes et les scientifiques conviennent que l’essor économique doit se fonder sur l’énergie propre.

Ce n’est pas le moment d’adopter une attitude défaitiste face aux changements climatiques. C’est maintenant que nous devons faire front commun pour nous faire entendre; qu’il nous faut nous inspirer des initiatives et des progrès des acteurs environnementaux et des gouvernements près de chez nous et du monde entier; que nous devons entreprendre tout ce qu’il est possible d’accomplir pour produire des effets concrets dans nos collectivités et nos pays, au sein de nos familles et de nos milieux de travail. Le moindre geste compte.

Que pouvez-vous faire?


Les ministres de l’Environnement et de l’Énergie des pays du G7 se réuniront à Halifax la semaine prochaine et, à titre de président du G7 pour 2018, le Canada a le devoir de faire preuve de leadership dans la lutte contre les changements climatiques. D’ici la réunion de la semaine prochaine, vous pouvez aider Équiterre à exercer des pressions sur le gouvernement du Canada en vous rendant sur le nouveau site #findessubventionsfossiles qui vous offre la possibilité d’envoyer une lettre à la ministre de l’Environnement Catherine McKenna et à ses collègues pour réclamer la fin des subventions fédérales aux combustibles fossiles.

Si les dirigeants nationaux tardent encore à prendre des mesures concrètes substantielles pour lutter contre les changements climatiques, les collectivités, les organismes sans but lucratif, les entreprises et les étudiants doivent se faire entendre haut et fort — par l’intermédiaire de votre voix et de nos voix collectives — pour les inciter à agir plus rapidement. Nous ne pouvons baisser les bras. Fort de votre appui, Équiterre continuera à œuvrer pour que nos enfants héritent d’un monde durable.