Skip to Content

Changements climatiques: des impacts réels au Québec et au Canada

Montréal, 6 avril 2007 – Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publiait aujourd'hui à Bruxelles le rapport de son deuxième groupe de travail: Impacts, adaptation et vulnérabilité aux changements climatiques. Selon ce rapport accablant, les premiers territoires affectés par les changements climatiques sont les zones arides, mais aussi les régions nordiques, dont le Québec et le Canada.

Des impacts préoccupants ici et maintenant
Depuis son dernier rapport en 2001, le GIEC a précisé la science des changements climatiques et a grandement contribué à identifier plus clairement les impacts réels des changements climatiques sur les écosystèmes et sur les populations. « Pour le Québec et le Canada, les impacts escomptés sont majeurs », s'inquiète Hugo Séguin, coordonnateur du programme Changements climatiques chez Équiterre. « La science nous indique qu'il y aura encore plus de feux de forêts et de périodes de sécheresse dans l'Ouest canadien, et que le niveau du fleuve Saint-Laurent diminuera, engendrant de sérieux problèmes d'approvisionnement en eau potable pour les communautés », ajoute-t-il. « Selon le rapport des experts, les événements climatiques extrêmes seront de plus en plus fréquents, et l'augmentation des périodes de chaleur accablante et de smog urbain aura un impact direct sur la qualité de vie et la santé des citoyens », résume M. Séguin.

Une inaction gouvernementale irresponsable et coûteuse
Avec le dépôt de ce nouveau rapport, il importe de rappeler que le gouvernement conservateur n'a toujours pas d'objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et qu'il refuse de reconnaître l'engagement du Canada dans le Protocole de Kyoto. « Sans plan cohérent de lutte aux changements climatiques, le Canada avance comme un aveugle sur un terrain miné. C'est totalement inacceptable et irresponsable de la part du gouvernement d'ignorer les dangers des changements climatiques pour la population », déplore Jean-François Nolet, chargé de projets, Changements climatiques chez Équiterre.

« L'inaction aura un coût élevé », rappelle Hugo Séguin. « Pendant que le gouvernement tente d'acheter du temps en ignorant la réalité des changements climatiques, des Québécois et des Canadiens en vivent déjà les conséquences tous les jours », s'indigne M. Séguin.

Créé en 1998, le GIEC est mandaté pour informer les gouvernements mondiaux sur la science, les effets, l'économie et la technologie liés aux changements climatiques.

– 30 –

Équiterre a identifié des Québécois qui vivent chaque jour les impacts des changements climatiques. Ces témoins sont disponibles pour entrevues.

Source:
Jean-François Nolet
Chargé de projet, Changements climatiques
Équiterre
Cell.: (418) 955-2261