Skip to Content

Communiqué final du G8: les groupes environnementaux réagissent

Toronto, 26 juin 2010 - Les principaux groupes environnementaux réagissent aux éléments reliés aux changements climatiques et à l’énergie contenus dans le communiqué de presse final du G8

« Greenpeace a présenté quatre mesures simples que les leaders du G8 auraient pu prendre pour freiner les changements climatiques catastrophiques. Les leaders du G8 ont plutôt choisi de se distraire avec des fausses solutions comme la capture et le stockage de carbone, l’énergie nucléaire et les biocarburants. Je ne vois pas de leadership ici. Le G8 est une fois de plus un échec. »
- Virgine Lambert-Ferry, Greenpeace Canada (514-217-5438)

« Le manque de progrès depuis le dernier Sommet du G8 est une indication claire qu’après avoir paralysé toute action pour le climat au Canada dans les quatre dernières années, le gouvernement Harper a réussi à faire de même au sein du G8. Les trois-quarts des Canadiens demandent du leadership de la part du Canada. C’est le temps pour le gouvernement Harper de livrer la marchandise. »
-Steven Guilbeault, Équiterre (514-231-2650 et Marie-Eve Roy 514-378-0232)

« Le communiqué de presse du G8 est une copie carbone de ce que nous avons vu dans des les rencontres précédentes du G8, et à Copenhague. Il n’y a pas de vision ici. La bonne nouvelle, c’est que les changements climatiques sont encore à l’agenda, et que nous ne revenons pas en arrière par rapport à ce que nous avons obtenu l’an passé. Mais la mauvaise nouvelle, c’est qu’il n’y a actuellement aucun nouvel engagement pour faire ce qui doit être fait. »
- Zoe Caron, WWF Canada (647-993-5251)

« Le Sommet du G8 de cette année se conclut par une déclaration vague qui ne comprend aucun nouvel engagement significatif pour s’attaquer aux changements climatiques. Avec le Canada en charge de cette rencontre, le G8 a manqué une importante opportunité de faire du progrès dans la lutte pour le climat. »
- Clare Demerse, Institut Pembina (613.762.7449)

« Réitérer l’engagement pris l’an dernier de restreindre le réchauffement global à moins de deux degrés ne vaut rien sans que des actions concrètes soient prises. Les pays du G8 doivent réduire leurs émissions de façon beaucoup plus importante. Autrement, le réchauffement sera catastrophique, et atteindra un niveau deux fois plus élevé que le seuil jugé dangereux, ce qui sera dévastateur pour des millions de gens. »
- Dale Marshall, Fondation David Suzuki (613.302.9913)

« À Muskoka, les leaders du G8 ont voulu cacher leur échec de respecter leur engagement d’augmenter l’aide aux pays en voie de développement pris à Gleneagles, et ont plutôt confirmé qu’ils voleraient ce qui reste pour payer pour les changements climatiques. Les fonds destinés au climat doivent être additionnels aux fonds destinés à l’aide, et non pas ces mêmes sommes simplement recyclées, renommées, remballées. »
Robert Bailey, Oxfam International (647.381.8164)

Pour toute demande média

Hannah McKinnon
hmckinnon@climateactionnetwork.ca
613.276.7791