Skip to Content

Jugement sur l'injonction à la Cour Supérieure du Québec - Les jeux ne sont pas encore faits dans le dossier du pont de la 25

Montréal, le 18 mars 2008 - La coalition contre le prolongement de l'autoroute 25 formée du Conseil régional de l'environnement de Montréal, de Greenpeace et d'Équiterre ont obtenu vendredi dernier à la Cour Supérieure du Québec, les garanties qu'aucun travaux majeurs n'auraient lieu d'ici le procès du 2 juin prochain. Compte tenu des garanties obtenues par le promoteur, le juge Robert Mongeon à la Cour Supérieure du Québec n'a pas cru nécessaire de suspendre les travaux en cours au-dessus de la rivière, des travaux qualifiés de mineurs et temporaires .

Pour André Porlier, directeur général du CRE de Montréal, «C'est un match nul pour le moment. Les jeux ne sont pas encore faits puisque le procès nous a permis d'obtenir la garantie qu'il ne sera pas trop tard lors du procès en juin, pour faire déclarer illégal le pont de la 25.».

« Il est tout de même ironique qu'il ait fallu une demande d'injonction et des pressions devant les tribunaux pour connaître les véritables motifs et intentions derrière l'accélération des travaux préparatoires », a fait valoir Steven Guilbeault, porte-parole Climat et énergie chez Équiterre. Il rappelle que cette décision du juge n'est qu'une étape dans la lutte que les groupes mènent contre l'autoroute 25.

De toute manière, les travaux doivent s'arrêter le 1er avril, en vertu des autorisations délivrées par Pêche et Océan Canada. Greenpeace rappelle que les groupes se battent parce que les grands principes énoncés dans le Plan vert de lutte aux changements climatiques se heurtent à des décisions comme la 25. « Rappelons que, fondamentalement, construire une autoroute ou un pont n'a jamais été et ne sera jamais une mesure de lutte aux changements climatiques ».

Nous invitons toute la population à continuer à faire parvenir ses dons à la campagne « Donnez 25 contre la 25 » pour continuer de financer les démarches judiciaires notamment pour le procès, qui se tiendra en juin prochain visant à rendre illégaux les décrets gouvernementaux autorisant le PPP du pont de la 25.

-30-

Matthieu Leclerc- CRE-Montréal, cell: (514) 717-5699
Jocelyn Desjardins- Greenpeace, cell: (514) 212-5749
Marie-Ève Roy- Equiterre, cell: (514) 378-0232

Flux d'information :