Skip to Content

«Ne donnez pas l’argent aux pétro-gazières : donnez-le aux travailleur.ses»

C'est ce que réclame un regroupement d’organisations diverses représentant plus d’un million de Canadien.nes.

Ottawa, le 24 mars 2020— Un regroupement d’organisations de protection de l’environnement, du milieu de la santé, de groupes confessionnels et de justice sociale, de groupes citoyens et de syndicats représentant au total plus d’un million de personnes, ont envoyé une lettre au premier ministre Justin Trudeau et à son cabinet les exhortant à ce que leur plan de relance économique ne donne pas plus d’argent aux compagnies pétrolières et gazières, mais le donne plutôt aux travailleur.ses.

« Le secteur pétro-gazier compte profiter de l’attention détournée des Canadiens qui sont trop occupés à gérer la crise de santé publique actuelle pour se rendre compte que le pays considère un transfert massif de fonds publics qui va soutenir la même industrie qui se cache derrière la prochaine crise sanitaire. Nous sommes à un point de bascule crucial et les changements climatiques doivent être intégrés dans tous les processus de décision. Les politiques que nous mettons en vigueur aujourd’hui doivent bénéficier à tous les Canadien.nes et mettre la table pour que nous puissions avoir confiance dans la phase post-coronavirus. » explique la Dr. Courtney Howard, Présidente du Conseil d’administration de la Canadian Association of Physicians for the Environment (CAPE).

La lettre stipule:

Avec ce plan de relance, le gouvernement fédéral a la possibilité de soutenir immédiatement et directement les travailleurs et travailleuses de l’Alberta et de tout le pays, tout en investissant dans ce qui est nécessaire pour soutenir et faire croître une économie sobre en carbone et le type d’économie qui peut affronter les tempêtes.

Le gouvernement fédéral ne devrait pas renflouer les sociétés pétrolières et gazières à l’aide d’achats d’actions ou de garanties de prêts, ont déclaré des groupes.

« Les gouvernements doivent prioriser les Canadien.nes, et investir dans leurs poches et non pas dans celles des sociétés pétrolières. Il ne faut pas offrir un autre paquet de plusieurs milliards aux compagnies qui sont déjà largement subventionnées. Le gouvernement devrait se concentrer sur la santé et la résilience des travailleu.ses et de leurs familles dans l’immédiat et sur le long-terme ainsi que tous ceux qui sont impactés dans le pays et qui ont besoin de cet argent alors que nous vivons une réalité inédite » explique Julia Levin, responsable du programme Climat-Énergie chez Environmental Defence Canada.

Les groupes ont demandé au gouvernement d’inclure dans son plan de relance économique pour l’industrie pétrolière et gazière trois mesures critiques dont un fond indépendant pour les puits orphelins qui soit géré par des représentants autochtones, des autorités locales et des propriétaires fonciers. Ces dernier s’assureront que l’argent sera utilisé dans les situations où les compagnies auront déjà épuisé leur finance et leurs biens à nettoyer leurs puits.

Les groupes ont également souligné que le gouvernement fédéral s’était engagé à adopter une Loi sur la Transition Juste et qu’il devrait par conséquent mettre en place un programme de relance avec des mesures pour accélérer cette transition et protéger les travailleurs et travailleuses alors que la production continuera à décliner au cours des prochaines années.

« Le meilleur moment pour soutenir financièrement, investir, former et instruire les travailleu.ses du secteur est maintenant. Le gouvernement a la chance d’offrir les emplois stables et d’aider les travailleur.ses à prendre le virage de la transition vers l’avenir » explique Steve Moran, le Coordonnateur national de Green Economy Network, qui représente nombreuses organisations incluant des syndicats.

« Tous les travailleurs, incluant ceux de l’industrie pétrolière méritent d’être soutenus par le gouvernement. Le krach des prix du pétrole est un signe avant-coureur de ce qui arrivera lorsque que le monde se libérera des combustibles fossiles en réponse à la crise climatique et tout soutien aux travailleurs doit tenir compte de cette réalité. Plutôt que de donner des milliards de plus aux pétrolières, le gouvernement devrait offrir de la formation et un revenu de soutien directement aux travailleurs, assurer une gestion indépendante du programme de nettoyage des puits de pétrole (orphelins) et investir dans un avenir énergétique propre et viable. », a déclaré Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie à Greenpeace Canada.

-30-

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Anthony Côté Leduc, Relations médias, Équiterre,
acoteleduc@equiterre.org – 514-605-2000

Loujain Kurdi, Conseillère aux communications, Greenpeace Canada, loujain.kurdi@greenpeace.org – 514-577-6657

Flux d'information :