Skip to Content

Plan de lutte aux changements climatiques du gouvernement Harper - Le gouvernement Harper faillit à ses responsabilités

Toronto, le 26 avril 2007 –Les groupes environnementaux du Québec jugent que le gouvernement du Canada fuit ses responsabilités fondamentales envers la communauté internationale et la population canadienne. Ils affirment également que le Québec, la Colombie-Britannique et la Californie dépassent déjà de plusieurs années, en ce qui a trait aux objectifs de réduction, le plan fédéral de lutte aux changements climatiques présenté aujourd'hui aux Canadiens.

Dans son plan déposé aujourd'hui, le Canada vise des réductions de 20% sous les niveaux de 2006 en 2020, soit 11% au-dessus des objectifs de Kyoto. Il s'agit d'une réduction de 150 mégatonnes (Mt) en 2020 auquel l'industrie canadienne devra participer à la hauteur de 60 Mt.

« Les objectifs de réduction que se donne aujourd'hui le Canada sont les pires de tous les pays développés signataires du Protocole de Kyoto », affirme Hugo Séguin, coordonnateur du dossier des changements climatiques chez Équiterre. Tandis que le Québec s'est donné comme objectif de réduire ses émissions de 6% sous les niveaux de 1990 en 2012, que la Colombie-Britannique s'impose une diminution de 10% sous les niveaux de 1990 d'ici 2020 et que la Californie réduira ses émissions de 80% en 2050, le Canada laisse augmenter ses émissions de façon délibérée. « Presque partout ailleurs, on comprend le problème, on cherche et on trouve des solutions, on répond à l'appel de la communauté internationale et on prend ses responsabilités, pas au Canada. Ailleurs, on fait preuve de courage et de vision, mais pas au Canada. Et l'on ose nous parler de leadership en nous présentant ce plan », s'indigne M. Séguin.

Un plan qui tourne le dos aux engagements internationaux

« Le gouvernement a la responsabilité de faire tout en son pouvoir pour respecter ses engagements internationaux et participer aux efforts mondiaux de lutte aux changements climatiques. Le Canada doit faire partie de la solution. Mais en laissant nos émissions polluantes croître pendant plusieurs années, il a résolument décidé de faire partie du problème », déclare Philippe Bourke, directeur général du Regroupement national des conseils régionaux de l'environnement du Québec (RNCREQ).

« Le gouvernement canadien dit en fait au reste du monde: oubliez-nous pour une génération. Le gouvernement Harper fait encore de la fuite en avant, alors qu'on ne peut clairement pas se le permettre; autant en termes de temps que de sens moral », poursuit Jérôme Normand, directeur général d'ENvironnement JEUnesse.

Un plan qui ne répond pas aux attentes de la population

« Le gouvernement canadien fait fi des souhaits exprimés à maintes reprises par la population et notamment par la population québécoise qui soutient le Protocole de Kyoto à plus de 90%. Le gouvernement abdique ses responsabilités face à la population canadienne », déclare pour sa part Alexandre Turgeon, président de Vivre en Ville.

Un plan sourd à l'appel à l'action de la communauté scientifique

« L'alarme a été sonnée depuis de nombreuses années par la communauté scientifique internationale. Les scientifiques décrivent clairement l'urgence de la situation et appellent les gouvernements du monde à passer à l'action. Ces scientifiques ne sont pas des radicaux. Ils décrivent ce qu'ils voient venir et nous montrent ce qu'il faut faire. Le gouvernement Harper n'est pas à la hauteur de l'appel de la communauté scientifique », ajoute aussi Brigitte Boulianne, directrice générale de Nature Québec/UQCN.

Le Canada doit faire plus

« Ce gouvernement déclare forfait aux Canadiens », lance Joslyn Higginson, chargée de campagne Climat et Énergie de Greenpeace. « Devant la responsabilité qu'il a de les protéger, devant ses responsabilités internationales aussi, ce gouvernement se montre défaillant. Le plan B de Baird ne fait que la moitié de ce qui doit être fait pour lutter contre les changements climatiques », déplore-t-elle.

Tout ceci alors qu'on apprend ce matin par sondages que les Canadiens et les Québécois veulent que le Canada respecte le protocole de Kyoto et que ceux-ci ne croient pas aux mensonges et aux tactiques propagandistes de ce gouvernement quant à l'impossibilité d'atteindre les objectifs de Kyoto. « Il faut plus de leadership au Canada, pas plus de propagande. Nous croyons que la meilleure fondation pour un leadership solide à l'heure actuelle se trouve dans le projet de loi C-30, tel qu'amendé par l'opposition. Avec un vrai plan, de vrais efforts, de réelles cibles de réduction absolues, le Canada peut, et surtout doit affirmer son leadership », conclut Mme Higginson.

– 30 –

Informations:
Amélie Ferland, Équiterre: 514-973-2000
Brigitte Boulianne, Nature Québec, 418-648-2104
Jocelyn Desjardins, Greenpeace, 514-212-5749
Alexandre Turgeon, Vivre en ville, 418-655-0592
Jérôme Normand, Environnement JEUnesse, 514-577-3016
Philippe Bourke, RNCREQ: 514-791-7022