Skip to Content

Réaction d’Équiterre au rapport conjoint de l’Alberta et du Québec sur l’inversion de la ligne 9b d’Enbridge

Le gouvernement Couillard doit prendre ses distances d’un rapport aussi complaisant

Montréal, 23 février 2015 – À la suite de la publication par Radio-Canada du rapport, jusque-là tenu secret, du comité conjoint Alberta-Québec sur l’inversion de la ligne 9B d’Enbridge, Équiterre demande au gouvernement Couillard de publiquement prendre ses distances face à un rapport à la fois d’une grande complaisance et d’un manque de rigueur envers le projet d’Enbridge.

« J’ai rarement vu une analyse aussi bâclée et biaisée envers l’industrie pétrolière », a déclaré Steven Guilbeault, cofondateur et directeur principal d’Équiterre. « Le rapport passe sous silence les impacts des sables bitumineux, ne mentionne pas les émissions gaz à effet de serre (GES) qui résulteraient de l’inversion de la ligne 9B et n’aborde même pas les enjeux liés aux risques de contamination de l’eau potable dans la grande région de Montréal » a-t-il ajouté.

Pourtant, plusieurs intervenants, dont la Communauté métropolitaine de Montréal, ont soulevé des inquiétudes spécifiquement sur ces aspects du projet.

« Le rapport pousse l’insulte à l’injure en ne mentionnant même pas l’accident de Kalamazoo en 2010, et vante le bilan de sécurité de l’entreprise en citant l’Association canadienne des pipelines! » s’est insurgé M. Guilbeault.

« J’ai eu la désagréable impression, en lisant ce rapport, d’être devant un document promotionnel d’Enbridge » a-t-il conclu.

- 30 -

Pour plus d’informations : Geneviève Puskas, 514-792-5222