Skip to Content

Ottawa cède au chantage de Kinder Morgan : le gouvernement Trudeau prêt à indemniser Kinder Morgan pour le projet Trans Mountain - un mauvais investissement pour les contribuables et pour le climat

Le gouvernement Trudeau prêt à indemniser Kinder Morgan pour le projet Trans Mountain - un mauvais investissement pour les contribuables et pour le climat

 

Équiterre condamne l’annonce faite aujourd’hui par le ministre fédéral des Finances Bill Morneau d’indemniser le géant texan du pétrole Kinder Morgan contre des pertes financières si le projet d’expansion de pipeline Trans Mountain devait échouer.

« Aujourd’hui, le gouvernement fédéral a décidé de faire porter sur les épaules de la population canadienne les risques financiers du projet Trans Mountain » a déploré Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre. L’organisation environnementale a d’ailleurs lancé récemment une pétition à cet effet.

L’argent ne peut pas tout acheter


Rappelons que le projet d’agrandissement du pipeline Trans Mountain permettrait une croissance de l’exploitation des sables bitumineux équivalent à l’ajout de 3 millions de voitures en termes d’émissions de GES. Cette pollution carbone additionnelle portera gravement atteinte à la cible de réduction de GES et l’engagement du Canada pris lors de l’Accord de Paris.« Or, malgré cet appui d’Ottawa, le projet fait face à une opposition majeure de plusieurs communautés autochtones, du gouvernement de la Colombie-Britannique et de la population de la région de Vancouver. Le projet fait également face à de nombreux recours juridiques » a ajouté M. Guilbeault.

Cet appui financier découle de la lettre envoyée par Kinder Morgan au premier ministre Trudeau le 8 avril dernier, annonçant que la compagnie suspendait temporairement les travaux de construction non essentiels du projet,un ultimatum pour forcer le gouvernement à résoudre l’incertitude financière causée par les batailles politiques entourant ce projet.

« De toute évidence, le gouvernement du Canada a cédé au chantage de cette compagnie Texane » affirme Sidney Ribaux directeur général d’Équiterre. « Selon nous, il s’agit d’un coup d’épée dans l’eau, une tentative désespérée de réanimer un projet voué à l’échec du aux recours légaux et à l’opposition qui pèsent contre lui » a conclu Sidney Ribaux, directeur général d’Équiterre. Un récent sondage de Nanos démontre que la majorité des canadiens et canadiennes ne veulent pas que l’argent de leurs impôts serve à financer le projet TransMountain.

Le ministre Morneau n’a pas dévoilé le montant de l’indemnisation proposée à Kinder Morgan, mais affirme que les négociations se poursuivent avec la compagnie pétrolière, en vue de respecter l’échéance du 31 mai pour reprendre la construction du projet.

- 30 -

Camille Gagné-Raynauld
Relations médias, Équiterre
514 605-2000 | cgraynauld@equiterre.org