Skip to Content

Geste du mois d'avril 2019 : Mieux comprendre la compensation carbone

enfantcompensationtreehugger_448x216.jpg

« Souhaitez-vous compenser en carbone ce voyage en avion? », « Cet évènement est carboneutre! », « On m’a offert une compensation GES en cadeau! ». Il est fort probable que vous ayez entendu parler de la compensation carbone ces derniers temps.

Pour le geste du mois d'avril 2019, nous souhaitons vous présenter brièvement le phénomène, y apporter des clarifications et des nuances, mais surtout vous proposer différentes avenues pour compenser - mais surtout réduire! - l’impact de vos activités, que ce soit au travail, à la maison ou dans votre vie quotidienne.

Nous vous proposons donc nos recettes pour entamer un régime minceur en carbone, mais sans tomber dans les calculs de calories/GES ;), parce qu’on le sait bien, si on se met à tout couper, notre régime ne tient pas la route! Il est préférable de choisir des actions porteuses, qui s'intégreront progressivement à notre vie. Elle seront non seulement agréables, mais durables!

1. Qu’est-ce que la compensation carbone et qui peut compenser?
2. Quelles activités peuvent-être compensées?
3. Pourquoi devrions-nous nous s’intéresser à la compensation carbone? Quelles sont ses limites?
4. Comment calculer l’empreinte carbone de ses activités?
5. Comment choisir son organisme de compensation?
6. Alternatives suggérées par Équiterre
 

1. QU’EST-CE QUE LA COMPENSATION CARBONE?

« La compensation des GES est basée sur le principe qu’une quantité donnée de GES émise en un endroit peut être “compensée“ par la réduction ou la séquestration d’une quantité équivalente de GES ailleurs dans le monde. Un acheteur paie une organisation pour qu’elle réduise en son nom les émissions de GES en investissant dans des projets de compensation (achat de crédits compensatoires de carbone) ». (Référence)

À noter que ce texte traitera de la compensation volontaire à l’échelle des individus et les organisations, plutôt que le marché du carbone régulé qui concerne les entreprises et les gouvernements.

Les projets de reboisements ou de plantation d’arbres sont des projets de compensation carbone très populaires (les arbres absorbent et stockent le CO2) mais vous découvrirez que plusieurs alternatives existent.

* Saviez-vous qu’il n’y a pas que les arbres qui stockent le CO2? Notre boursière Laure Waridel 2017-2018 Marie-Élise Samson travaille à découvrir quelles pratiques agricoles permettent de stocker le carbone dans les sols. Découvrez tous les détails de son projet sur le site d’Équiterre.*

2. QUELLES ACTIVITÉS PEUVENT ÊTRE COMPENSÉES?

Théoriquement, tant qu’il est possible de calculer les émissions de GES d’une activité (voir le point 5), il est possible de la compenser.

Voici les activités les plus souvent compensées :
Les vols d’avions (voyages par affaire ou par loisir) ou déplacements divers en transports motorisés
Événements divers (conférences, évènements sportifs ou artistiques, mariages)
Consommation de chauffage et d’électricité
Achats, utilisation, consommation, recyclage et enfouissement des biens et des matériaux (vêtements, meubles, etc.)
 


 

3. POURQUOI DEVRIONS NOUS NOUS INTÉRESSER À LA COMPENSATION CARBONE ET QUELLES SONT SES LIMITES ?

La compensation, un outil de dernier recours d’une stratégie globale

La compensation carbone doit s’inscrire dans une stratégie beaucoup plus large de réduction des GES, pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique. Elle devrait arriver en fin de parcours, après avoir tenté de réduire à la source les GES. Le fameux dicton s’applique : il vaut mieux prévenir que guérir!

Après avoir déployé des efforts pour changer ses comportements, il est toujours possible de compenser la pollution restante (il est impossible d’arriver à un mode de vie 100% carboneutre). Par exemple, les services d’auto-partage comme Communauto offrent de compenser les voyages effectués via leurs automobiles hybrides. Déjà, le fait d’utiliser l’auto-partage est un effort significatif pour réduire ses GES, quand on sait que les transports correspondent à près de la moitié de notre empreinte environnementale!

Se perdre dans les chiffres et perdre le sens
Les calculs de GES sont difficiles. Le risque est de se perdre dans les chiffres, les calculs, et surtout de perdre le sens des actions. Il serait dommage de dénigrer ou d’abandonner une action qui fait du sens pour soi, pour sa famille ou son entreprise parce qu’elle est moins performante qu’une autre du point de vue des GES. Les initiatives qui nous inspirent risquent de durer et de rayonner dans notre entourage et d’encourager le changement durable.

Par exemple, une entreprise pourrait décider de subventionner l’achat de vélos/installer des douches/encourager le transport en commun/le covoiturage de ses employés plutôt que de compenser en carbone leur transport. Encourager de nouvelles habitudes de transport actif ou collectif pourrait mener à d’autres changements durables dans l’entourage des employés et faire boule de neige.

Une planète qui vit sur le crédit
On ne peut pas compenser à l’infini dans une planète aux ressources finies. Nous atteignons le Jour du dépassement de plus en plus tôt à chaque année, c’est-à-dire que nous consommons l’ensemble des ressources (empreinte écologique) beaucoup plus vite que la capacité de régénération de la Terre (biocapacité), et cette date est maintenant le 1e août (au Canada, c’est encore plus tôt, soit le 18 mars, c’est à peine trois mois)!
 

4.COMMENT CALCULER L’EMPREINTE CARBONE DE SES ACTIVITÉS?

Le calcul des GES n’est malheureusement pas pour le commun des mortels. Toutefois, de nombreux calculateurs existent sur le web et peuvent servir d’outils de comparaisons pour illustrer l’impact d’une activité versus une autre.

Plusieurs organismes de compensation offrent leur propre calculateur en ligne de CO2 pour aider à compenser les activités. C’est ce qui permet à certains évènements de se proclamer « carboneutres ». Vous remarquerez toutefois que les différents organismes de compensation ne calculent pas nécessairement avec le même outil, et que cela entraîne des résultats différents.

Prenons l’exemple d’un vol Montréal (YUL) - Paris (CDG) aller-retour et sans escale pour 1 personne (5 502 km parcourus) : Environ 2 tonnes de CO2 émises, donc plus d’une douzaine d’arbres à planter pour un total entre 50 $ et 90 $ (moyenne des données suivantes):
Selon Planetair : 50,66 $ à débourser - 1,89 tonnes de CO2
Selon Ecotierra : 50 $ - 2 tonnes de CO2
Selon Scol'ERE : 37,53 $ - 1,45 tonnes de CO2
Selon Carbon Boréal : 23 arbres à planter 91 $ - 3,27 tonnes de CO2
Selon Compensation CO2 québec : 8 arbres à planter 33 $ - 1,33 tonnes de CO2
Selon Atmosfaire : 60 euros (91 $) - 2,73 tonnes de CO2
 

* Vous connaissez peut-être le Global Footprint Network, qui offre un test pour découvrir son empreinte écologique personnelle. Vous découvrirez combien de planètes il faudrait si tout le monde avait votre train de vie! Avertissement : encore une fois, il s’agit d’un test à titre indicatif, pour vous donner une idée générale.*
 

COMMENT CHOISIR SON ORGANISME/MÉTHODE DE COMPENSATION?

Est-ce une organisation fiable et certifiée? Plusieurs certifications existent* et il faut faire attention aux initiatives frauduleuses. Certains organismes peuvent vendre des crédits carbone pour des arbres déjà plantés ou qui auraient de toute façon été plantés sans demande de compensation (principe d'additionnalité). Il est aussi possible de se faire avoir et de financer des projets dont l’impact sur l’environnement sera faible, voire nul. Il est donc bien important de se renseigner avant de choisir.

Quels projets seront financés et à quel endroit ? La compensation carbone n’est pas exclusivement associée à des initiatives de plantation d’arbres, consultez le point suivant (6) pour découvrir les initiatives encouragées. Souhaitez-vous encourager des initiatives locales au Québec, au Canada ou encore dans les pays du Sud?

Est-ce un projet significatif? Vous pourriez décider de donner à un organisme environnemental qui n’a pas de programme de compensation des GES, mais lutte pour préserver la biodiversité, protéger les forêts et les terres, ou même travaille en éducation. Le choix est le vôtre! Vous pouvez évidemment utiliser un des outils de calculs de GES disponibles en ligne pour trouver le montant à donner à cet organisme de votre choix, mais au final vous donnez selon vos moyens et selon ce qui est significatif. Contactez les organisations et demandez ce qui correspond à votre don, cela aidera à rendre votre action plus concrète.

* Les certifications les plus connues sont Mécanisme de Développement Propre (MDP), the Gold Standard, The Voluntary carbon Standard, Climate, Community and Biodiversity Standards (CCB) et EcoLogo pour les certificats d’énergie renouvelable.*


 

PETIT RÉPERTOIRE D’ORGANISATIONS DE COMPENSATIONS

L’Institut Pembina et la Fondation David Suzuki ont produit un guide en 2009 et offrent un tableau comparatif de différentes organisations de compensation « Purchasing Carbon Offsets: A Guide for Canadian Consumers, Businesses, and Organizations ».

Voici quelques suggestions d’organismes québécois à explorer :
Arbre Évolution : Coopérative de solidarité située dans le Bas-St-Laurent qui priorise la plantation d’arbres, la restauration d'écosystème, l'aménagement comestible, les technologies du carbone et la transmission de connaissance. Favorise l'implication des collectivités et la sensibilisation des jeunes à l'environnement. Instigateurs du Programme de reboisement social. Consultez leur outil pour calculer vos activités.
Carbone Boréal/UQAC : Plantation d’arbres dédié à la recherche universitaire, entre autres sur le rôle de la forêt dans la lutte aux changements climatiques. Affilié à l’Université du Québec à Chicoutimi.
Scol’ERE : L’achat de Crédits carbone éducatifsMD finance un programme scolaire ludique de 10 heures pour les élèves de 9 à 12 ans au Québec, pour découvrir et créer des solutions pour réduire leurs émissions de GES en famille.
- Planetair : Approvisionnement auprès de partenaires internationaux en crédits-carbone certifiés Gold Standard issus de projets d’énergie renouvelable, d’efficacité énergétique, de gestion des matières résiduelles, de reforestation, d'amélioration de la production agricole et d'accès à l'eau potable partout sur la planète. Également des projets de reboisement en zones urbaines et semi-urbaines au Québec.
Compensation CO2 Québec : Compensation par le reboisement d’arbres et de nouvelles forêts au Sud du Québec, via l’attribution d’une parcelle de terrain située dans un puits de carbone identifié.
- Ecotierra : Développeur de projets forestiers et agroforestiers durables. Bureaux au Canada, au Pérou, en Colombie et en Côte d’Ivoire. 
NatureLab.world : Entreprise éco-sociale qui développe des projets forestiers et agroforestiers localement (Montréal) et à l'international. Elle gère des crédits de carbone vérifiés de haute qualité (Gold Standard) s’adressant à quiconque souhaitant compenser ses émissions de gaz à effet de serre (CO2e).


Envisager un voyage au Québec pour réduire ses émissions de GES en vacances? Ici la magnifique Gaspésie.
 

ALTERNATIVES SUGGÉRÉES PAR ÉQUITERRE

Pour agir en amont dans la réduction des GES (transformation des comportements) plutôt qu’en aval (compensation), voici quelques idées pour réduire vos GES :

* PSTT, soyez un-e employé-e vert-e et allumé-e, parlez de ces initiatives à votre employeur!

Pour rendre son évènement carboneutre (et écoreponsable) :
- Opter pour un traiteur bio ou local
- Utilisez de la vaisselle réutilisable
- Ne pas donner d’articles promotionnels
- Faire la promotion de transports actifs et collectifs pour s’y rendre

Initiatives pour le milieu de travail :
- Favoriser le télétravail ou les téléconférences (plutôt que réunions et vols d’avion) La technologie nous facilite maintenant la vie!
- Utiliser des tasses réutilisables lorsque vous allez chercher un breuvage
- Offrir des repas bio et locaux aux employés
- Offrir du café, du thé et du cacao équitable
- Offrir des incitatifs pour que les employés utilisent le transport actif, le transport collectif, une plateforme de covoiturage, encourager les voyages en train ou autobus plutôt que la location de voiture, sinon encourager la location de véhicules électriques

Alternez les vacances à l’étranger avec les découvertes locales, il y a sûrement des coins de pays locaux qui vous restent à découvrir :
- Vacances de ski ou tout-inclus au Québec!
- Parcs Québec et Parcs Canada, découvrez les provinces maritimes, les Îles de la Madeleine, la Gaspésie et l’Est des États-Unis
- Parcs du Nunavik et Nunavut

L’alimentation :
- Manger bio et local, encourager les fermiers de famille du Québec en s’abonnant aux paniersbio.org
- Réduire sa consommation de viande

La consommation :
- Consultez la section geste du mois d’Équiterre pour des idées
- « Trucs et ressources pour réparer au lieu de jeter »

S’impliquer, encourager une cause ou un organisme :
- Vous ne pouvez pas donner de sous? Impliquez-vous bénévolement pour une cause environnementale!
- Vous n’avez pas de temps? Engagez-vous : informez-vous, votez, signez une pétition! Lisez ou partagez un article, une publication, une solution environnementale par courriel ou sur les réseaux sociaux. On souhaite partager des « vert d’oreille », pour reprendre le jeu de mot de la chroniqueuse Aurélie Lanctôt.

S’informer sur la compensation des GES, qu’on décide de le faire ou pas, peut servir de bougie d’allumage. Cela peut mener à d'autres actions durables vers une planète plus verte, et des habitants plus heureux.


L'abonnement aux paniers bio est une façon de réduire ses émissions de GES en amont, en privilégiant les produits locaux et bio.
 

Pour aller plus loin 

Le marché du carbone au Québec et Q & R d’Équiterre sur la tarification du carbone au Canada

Le Jour du dépassement et le test d’empreinte écologique du Global Footprint Network

« S’acheter une bonne conscience avec la compensation carbone : Explications de Steven Guilbeault » à Gravel le matin

« Une compensation carbone comme cadeau de Noël, ça vous dit? » au 15-18, Radio-Canada Première

Article Ici Explora « Martine magasine les crédits de compensation carbone »